L'Alsace :  Vers des listes Lutte ouvrière à Strasbourg et à Mulhouse

Article de presse
10/11/2013

Nathalie Arthaud. Photo J-M.L. La porte-parole nationale de Lutte ouvrière, a participé à un meeting, hier à Strasbourg.

« Face à la situation catastrophique du monde du travail, il faut qu'on se mobilise », est venue scander Nathalie Arthaud, hier à Strasbourg, à l'occasion de la fête annuelle de la section locale de Lutte ouvrière. « Interdire les licenciements et mieux répartir le travail sont les seuls moyens d'arrêter l'hémorragie, c'est-à-dire de stopper la hausse du chômage. La crise a permis au patronat de comprimer les salaires, soit en faisant disparaître les primes, soit en ne les augmentant pas. C'est honteux », fustige la porte-parole nationale du parti d'extrême-gauche, en ajoutant : « Le fait que BASF supprime 140 postes à Huningue ou que Sotralentz demande à ses salariés de Drulingen de renoncer à des jours de congés est tout simplement scandaleux. »

Enjeux local et national

Si les municipales n'étaient pas le propos du meeting de Nathalie Arthaud, elle a néanmoins précisé que LO devrait présenter « des listes autonomes » à Mulhouse et à Strasbourg en mars prochain. Reste à savoir si le parti parviendra à rassembler les 55 et 65 candidats nécessaires respectivement dans ces deux villes. « On y travaille. Nous les avons eus lors des scru tins précédents, donc il n'y a pas de raison qu'on ne les ait pas cette fois-ci », avance Pierrette Morinaud, l'une des responsables locales du parti, tout en ne cachant pas que « cela sera plus difficile à Colmar ».

« Nos listes se feront sans alliance, car nous voulons apparaître comme l'opposition ouvrière à ce gouvernement et au patronat », poursuit Nathalie Arthaud. Selon elle, « le Parti de gauche et le Parti communiste ne sont pas sur ce terrain-là, puisqu'ils ont accepté de s'allier avec le PS dans certaines villes. Les élections municipales sont certes locales, mais leur signification sera nationale, car pour la première fois [depuis la présidentielle de 2012], les travailleurs pourront exprimer ce qu'ils pensent du gouvernement. Ce dernier, comme celui de Sarkozy auparavant, est le serviteur dévoué des grands capitalistes. »

LO devrait dévoiler en janvier le nom de ses candidats mulhousiens et strasbourgeois. Leurs prédécesseurs avaient recueilli, respectivement, 1,64 % et 0,68 % lors du premier tour du scrutin en 2008.

Philippe Wendling

© L'alsace, Dimanche le 10 Novembre 2013

Droits de reproduction et de diffusion réservés