SNCF (La Rochelle – Charente-Maritime)

Ligne Bordeaux-Nantes : de mal en pis

Brève
08/01/2020

Lundi 6 janvier, le tronçon La Rochelle – La Roche-sur-Yon a fermé pour travaux, pour une durée annoncée de 17 mois. Le défaut d’entretien et le sous-investissement depuis des décennies sont à l’origine de cette longue fermeture. On pourrait cependant penser « il était temps », tant la ligne s’était dégradée, les trains mettant 2 h pour parcourir les 100 km séparant ces deux villes, et 5 h pour joindre Nantes à Bordeaux.

Mais ces travaux, loin de rétablir la ligne dans son état d’il y a 40 ans, vont commencer par remplacer les deux voies par une voie unique, ne permettant qu’un flux limité de trains – seules deux zones de croisement seront prévues – et ceci par souci d’économie.

Et puis les 150 millions d’euros de travaux annoncés sont entièrement financés sur fonds publics (État et collectivités), alors qu’il est déjà prévu que la ligne rénovée sera ouverte à la concurrence, donc aux profits privés.

Il y a 15 ans, cette ligne était encore un tronçon d’une ligne directe Quimper-Menton via Nantes, Bordeaux, Toulouse, Marseille, sur laquelle un train de nuit permettait de s’endormir à Nantes et se réveiller à Nice. Même quand l’État et la SNCF se vantent de grands travaux, c’est pour régresser.

Limoges

Contre la réforme des retraites, pas de trêve de Noël !

Brève
24/12/2019

Dans la manif du 19 décembre

Ce mardi 24 décembre plusieurs centaines de manifestants se sont rassemblés devant la préfecture où ils ont déposés leurs "colis de Noël" de refus de la réforme, aux pieds des policiers qui gardaient les entrées, avant de défiler dans le centre ville.

Cette manifestation faisait suite à celles du mardi 17 décembre et du jeudi 19 qui ont rassemblé plusieurs milliers de manifestants chaque fois et à celle du samedi 21 avec un cortège de plusieurs centaines de participants. A chaque manifestation se mêlent cheminots en grève reconductible avec leur torches rouges, enseignants, travailleurs de l'EDF, des hôpitaux, de la Polyclinique, de Legrand, Valéo, Madranges, jeunes étudiants et vieux travailleurs en retraite !

Ce mardi matin, les manifestants se sont donnés rendez-vous jeudi 26 devant la Carsat à 15h et samedi 28 à 15h au carrefour Tourny dans le cadre d'une grande journée nationale de manifestations. Oui, à Limoges, comme partout depuis le 5 décembre, le mouvement se porte bien et continue pendant les fêtes !

Arnaque du Cartel des Compotes

Les coups tordus de deux industriels "respectables" !

Brève
23/12/2019

Les deux plus gros fabricants de compotes et de confitures de la région : Andros et Valade ont été épinglés par l'Autorité de la Concurrence pour entente illicite. Entre 2010 et 2014, 7 grosses sociétés européennes du secteur avaient mis en place un véritable cartel maffieux en vue « d 'augmenter le prix des compotes et de coordonner la hausse des prix, se mettre d’accord sur un discours commun justifiant cette hausse, se répartir les volumes et les clients ».

Selon les enquêteurs, il s'agissait d'une organisation secrète extrêmement sophistiquée avec téléphones portables dédiés comme en ont les dealers, rencontres dans des hôtels ou restaurants discrets à Paris et en Province etc...

Valade a été condamné à 2,8 millions d'euros d'amende. Andros , condamné à 14 millions d'euros, a bénéficié d'une réduction de sanction pour avoir perturbé l'entente les deux premières années en se comportant en "Franc tireur" c'est à dire en trahissant ses comparses et en continuant à leur piquer des parts de marché ! Le groupe néerlandais qui a vendu la mèche et dénoncé ses petits copains, a, lui, totalement échappé aux sanctions !!!

Combien leur a rapporté l'augmentation du prix des compotes entre 2010 et 2014 ? Surement beaucoup plus que les amendes qui sanctionnent le préjudice à leurs concurrents capitalistes, mais pas l'arnaque éhontée dont ont été victimes les consommateurs !

Hôpital psychiatrique de Cadillac

Mouvement de colère contre le sous-effectif

Brève
17/12/2019

Depuis mardi 10 décembre, les agents de l’UMD de l’hôpital de Cadillac bloquent toutes les entrées, sauf cas d’urgence. Plus d’une cinquantaine de collègues sont mobilisés et ils se retrouvent chaque jour en permanence une quinzaine devant l’hôpital, chacun venant avant ou après l’embauche ou sur leur temps de repos. Le mouvement est soutenu par la majorité des collègues.

Cela fait des années que les conditions de travail se dégradent sur l’hôpital avec un sous-effectif récurrent. Les non-remplacements de collègues en arrêt ou partis à la retraite sont la règle, et quand il y a un remplacement, cela se fait avec des renforts pris sur d’autres services au détriment de ceux-ci ou en faisant appel à des intérimaires ou même des retraités. On ne compte plus les arrêts maladie, les départs parmi le personnel. Les agents mobilisés dénoncent cette dégradation qui a aussi pour conséquence une dégradation des soins apportés aux patients, avec toutes les conséquences que cela peut avoir dans un hôpital psychiatrique.

Fountaine-Pajot – Aigrefeuille d’Aunis (Charente-Maritime)

Grève à l’usine du maire de La Rochelle

Brève
17/12/2019

Lundi 16 décembre, l’équipe du matin et la normale ont débrayé à 120 ouvriers, bloquant ainsi la production, et débarquant dans les bureaux de la direction pour réclamer du salaire.

Aux NAO (négociations annuelles obligatoires), la direction proposait 1,9 % avec un talon de 32 €. Elle propose maintenant 35 € brut si les syndicats signent et les ouvriers reprennent le travail. Face à ce chantage, les travailleurs ont décidé de rester en grève, et d’attendre tous ensemble l’équipe d’après-midi pour assurer la jonction. C’est parti pour que la grève se poursuive mardi 17, avec participation à la manifestation contre la réforme Macron.