Charente-Maritime

Catastrophes maritimes sans fin

Brève
19/03/2019

Le Grande America a sombré le 12 mars, à 300 km à l'ouest de La Rochelle, avec 365 containers, dont au moins 45 remplis de matières dangereuses. Et 2 200 tonnes de fioul sont en train de se répandre dans la mer.

Ces catastrophes maritimes se suivent et se ressemblent : un bateau fait naufrage en mer tous les 3 jours. Des navires, dont certains sont de véritables poubelles, sillonnent les océans et, pas plus que les autres entreprises capitalistes, les sociétés qui les affrètent ne sont véritablement contrôlées par les États. Elles échappent souvent à toute sanction quand leur recherche de profit les a conduites à sacrifier la sécurité des équipages et de l'environnement. Comment admettre que ces accidents seraient dus à la seule fatalité ?

Bordeaux

Calmels recasée dans le luxe : on ne chute jamais de bien haut chez les bourgeois

Brève
17/03/2019

Selon les informations du Figaro, Virginie Calmels, qui fut un temps la successeure désignée de Juppé à la mairie de Bordeaux, après avoir démissionné de son poste de première adjointe à la mairie de la ville, a rejoint début mars un groupe privé spécialisé dans l'immobilier de luxe.

Misant sur Fillon contre Juppé, puis se brouillant avec Wauquiez à la tête des Républicains, elle avait accumulé les mauvais paris. Qu’à cela ne tienne, elle retrouve un poste de PDG, assorti d’un paquet d’actions.

Ces hommes et ces femmes du personnel politique de la bourgeoisie ne travaillent pas pour rien : si la politique ne leur offre pas la carrière personnelle souhaitée, ils ou elles retournent pantoufler dans des cocons dorés.

Limoges

Jeunes pour le climat : une organisation sociale à combattre !

Brève
15/03/2019

Ce vendredi 16 mars, plusieurs centaines de lycéens étaient dans les rues de Limoges à l'appel de "Jeunes pour le climat". Venus du lycée Renoir, du lycée Léonard Limosin, de Gay-Lussac aux cris de "Tous ensemble pour la planète" ou "Un, deux et trois degrés, un crime contre l'humanité", ils brandissaient toutes sortes de pancartes colorées et amusantes ("Arrête de niquer ma mer") dénonçant les conséquences sur les espèces : ours blancs, insectes etc...

Ces jeunes ont mille fois raison de s'inquiéter pour leur avenir, mille fois raison de dénoncer les ravages de la pollution et du dérèglement climatique.

Mais il leur faudra aller plus loin que la simple dénonciation ou la protestation auprès des gouvernements, il leur faudra changer le monde ! Pour qu'il y ait un avenir pour l'humanité , il faut bouleverser la société de fond en comble et la réorganiser en fonction des besoins des femmes et des hommes tout en préservant la nature !

Cela suppose que les travailleurs qui sont au coeur de l'économie, en prennent le contrôle.

Pyrénées-Atlantiques

Leclerc à Anglet : les femmes aussi savent compter

Brève
13/03/2019

A l’occasion du 8 mars,  les responsables du Leclerc d’Anglet proposaient un rabais de 20% sur  la vaisselle, les bijoux, le maquillage, les fleurs, le textile… En détournant le sens de la Journée internationale du droit des femmes, ils pensaient faire un bon coup marketing sur les produits sensés leur attirer la clientèle féminine.

Hélas, pour eux, des militantes féministes ont fait irruption dans le magasin   pour dire : "-20% sur les vêtements, on n’en veut pas; +20% sur les salaires on y gagnera". Histoire de rappeler que la cause des femmes mérite une toute autre promotion que la promotion Leclerc...

Manifestation du 8 mars à Bordeaux

La police matraque

Brève
12/03/2019

Le 8 mars, à Bordeaux, à l’occasion de la journée internationale de la lutte pour les droits des femmes, plus de 800 manifestantes ont participé à une marche de nuit non mixte.

Mais cette manifestation pacifique s’est heurtée à une violence policière démesurée : bombes lacrymo, grenade de désencerclement ayant blessé au pied une manifestante, et même une arrestation.

Après la dispersion de la manifestation, trois femmes ont été arrêtées sans raison avec un dispositif policier disproportionné : policiers cagoulés, armés de LBD (flash-ball) et de chiens surexcités.

Alors que le gouvernement prétend lutter contre les violences faites aux femmes, c’est aux violences policières qu’elles ont été confrontées.