La Rochelle (Charente-Maritime)

Hôpital de La Rochelle : Chahutée, la ministre !

Brève
22/07/2019

Vendredi 12 juillet, alors que l’hôpital de La Rochelle est en grève depuis plusieurs semaines, la ministre Buzyn est venue « se rendre compte », selon le journal Sud-Ouest, de l’état des services.

Un comité d’accueil formé de soignants en grève de l’hôpital Saint-Louis, très remontés, en repos ou en congé car tous sont assignés, mais aussi des délégations de ceux de Niort et Cognac, quelques gilets jaunes ainsi que quelques dizaines de représentants des syndicats CGT, SUD, FO, l’a reçue avec force sifflets et slogans : « hôpital en danger », « honte à vous ! », « hôpital en colère ! ». C’est grâce à l’imposant dispositif policier, que la ministre a pu faire un petit tour avant de se sauver sous les huées des manifestants.

Gironde

Non aux expulsions ! Des papiers pour tous !

Brève
16/07/2019

Ces dernières semaines, la préfecture de Gironde s'en est pris violemment aux sans-logis dont certains sont sans-papiers, en expulsant plus de 300 personnes de squats à Bordeaux, Talence, St Médard en Jalles... sans proposer aucune solution de relogement.

Il est inacceptable que des dizaines d'enfants et d'adultes soient jetés à la rue. Cette opération inhumaine et irresponsable place les sans-logis dans des conditions sanitaires dangereuses : comme l'exprimait l'association Médecins du Monde dans un courrier à la préfète : "où pensez-vous que ces personnes trouvent refuge, trouvent de la nourriture, de l'eau, des toilettes, des douches, un toit protecteur pour éviter les violences de la rue ?"

Avec l'appui d'associations, une vingtaine de sans-logis se sont réfugiés à la Bourse du Travail de Bordeaux, dans les locaux de la CGT : cela a permis de porter sur la place publique les manoeuvres que la préfecture comptait mener sans faire de vagues. Plusieurs rassemblements de soutien ont eu lieu, auxquels ont participé des militants du milieu syndical, politique et associatif, mais aussi des passants révoltés par l'attitude de la préfecture et par l'absence de préoccupation de l'Etat vis-à-vis du problème du logement. Des centaines d'appartements sont vacants sur Bordeaux et sa périphérie. Il faut les réquisitionner et régulariser tous les sans-papiers !

 

Haute Vienne

Transports scolaires : l'équité ce serait la gratuité !

Brève
12/07/2019

A la rentrée prochaine, pour une bonne partie des parents d'élèves de la Haute Vienne, le transport scolaire, désormais géré au niveau de la grande région pour les douze départements de la Nouvelle Aquitaine, va coûter plus cher et parfois même beaucoup plus cher.

Le forfait unique annuel de 65 euros quel que soit le nombre de kilomètres et avec la possibilité de choisir 2 circuits (par exemple pour ceux allant chez une nounou certains jours), tout cela disparaît .

Les tarifs seront désormais calculés pour chaque famille en fonction du quotient familial sous prétexte de "plus grande équité". Du coup, un grand nombre de familles modestes vont voir leur budget transport doubler et même parfois tripler !

L'école "républicaine" n'est pas gratuite loin de là , elle devient même de plus en plus chère pour les familles populaires.

Limoges

La chasse aux migrants continue

Brève
11/07/2019

Ce jeudi 11 juillet, au petit matin, des policiers, dont certains de la BAC, ont brisé les cadenas de l'hébergement de migrants Avenue de la Révolution.

Après leur expulsion des locaux proches de la faculté des lettres, une partie des migrants a été transportée dans un EHPAD désaffecté à Saint Junien, 50 ont été hébergés dans d'anciens locaux de l'EDF par le collectif de soutien "Chabatz d'entrar". C'est là que les policiers ont fait violemment irruption sous prétexte de contrôler leurs identités.

Il est probable qu'ils vont de nouveau être expulsés ! Ces travailleurs qui ont fui la misère et la guerre cherchent un toit, un travail pour vivre et élever leurs enfants. Ce sont nos frères de classe. Ne tolérons plus que l'Etat les chasse sans répit !

Angoulême (Charente)

Les patrons nous empoisonnent à bon marché

Brève
11/07/2019

Le conseil départemental de la Charente, dirigé par la droite, vient de conclure un accord avec Alcatel Lucent (ALP), héritière de la SAFT, qui a laissé le site de Saint-Cybard empoisonné au trichloréthylène. En gros, l’accord porte sur un partage des frais de dépollution entre 2,5 et 5 millions d’euros. C’est le principe du « pollué-payeur », ont dénoncé des élus de gauche ! Sauf que pendant 15 ans la gauche, qui dirigeait le département auparavant, n’a rien dit, rien fait, pas plus que l’État d’ailleurs !
On nous inonde de bla-bla et de taxes au nom de la lutte antipollution. Mais le patronat sait qu’il peut empoisonner et polluer impunément, et c’est le contribuable qui en fera les frais. Jusqu’à ce qu’il n’en puisse plus !