CDA de La Rochelle

Gauche et droite unies contre les travailleurs territoriaux

Brève
09/07/2016

Le maire et président de la Communauté d'agglomération (CDA) de La Rochelle, J.-F. Fountaine (dissident PS), vient de faire voter l'augmentation du temps de travail (de 1 530 h à 1 607 h par an) des agents territoriaux, en lutte depuis 18 mois contre cette mesure qui dégradera leur vie et supprimera des emplois.

Les élus Verts et PRG, complices, vantent le dialogue social qui aurait présidé à ces attaques, alors que les principaux syndicats (CGT et Sud) sont exclus des réunions de discussion que le maire est obligé de tenir, avec la CFDT et FO, en cachette ou sous surveillance policière. Avec seulement 38 « pour » sur 80 élus, la décision est passée avec les votes blancs de la droite, qui sur le fond est d'accord mais trouvait encore trop la contrepartie promise d'une prime annuelle de 600 €.

Les grèves et actions des territoriaux, très suivies, se poursuivent en juillet, et le maire et ses complices n'en ont pas fini avec une contestation qui les désigne pour ce qu'ils sont, des valets des riches.

CDA de La Rochelle

Prétextes hypocrites de la gauche pour attaquer les chauffeurs de bus

Brève
09/07/2016

En janvier 2015, les conducteurs des bus de la régie publique RTCR (desserte de La Rochelle et des communes proches), avec la CGT, et ceux de la zone périurbaine (l'entreprise semi-publique Transdev), avec FO, avaient mené une grève de plusieurs semaines contre des attaques multiples sur leur pouvoir d'achat et leurs conditions de travail (temps de pause, heures de nuit, indemnité repas, baisse des primes en cas de maladie donc incitation à conduire un bus en étant malade).

Ces attaques étaient dirigées par le maire J.-F. Fountaine avec, aux avant-postes, son adjointe Verts à la mairie et à la CDA, Brigitte Desveaux, sous le prétexte de pérenniser la régie publique RTCR, dont l'élue accusait les grévistes de menacer l'existence, et de faire le jeu des intérêts privés !

P { margin-bottom: 2.12mm; }

Le dernier numéro du mensuel de la CDA montre qu'il s'agissait d'une imposture. Le binôme Fountaine-Desveaux y dévoile le nouveau plan de circulation de l'agglomération : la RTCR ne garde que les bus de La Rochelle intra-muros, les autres lignes étant promises à une entreprise privée. Les sacrifices imposés aux salariés n'ont en rien préservé l'entreprise publique.

Les grévistes des transports de La Rochelle n'étaient évidemment pas dupes des mensonges des élus. Maintenant qu'ils éclatent au grand jour, ils sont une leçon pour les luttes à venir.

Eurenco Bergerac (ex SNPE)

Grève illimitée

Brève
04/07/2016

 
Des salariés des sites de Bergerac, Massy (Essonne) et Sorgues (Vaucluse) se sont mis en grève illimitée le 28 juin, après la dernière proposition ridicule de la direction suite aux grèves de ces dernières semaines. Les grévistes visent à obtenir gain de cause sur les revendications communes aux 3 sites : 50 euros d'augmentation pour tous et suppression des jours de carence en maladie. La CGT rapelle que "de l’argent il y en a. Nous l’avons vu avec la publication des différentes primes octroyées" à certains cadres, lesquels ont bénéficié d'augmentations ou de primes exceptionnelles ou d'objectifs bien plus généreuses.
 
Depuis le début des grèves, en avril, la seule proposition de la direction a été le versement d'une prime exceptionnelle de 150 euros brut et la négociation des jours de carence en septembre. Le 2 juillet au matin, les salariés du site de Sorgues ont fait une opération autoroute gratuite au péage de Lançon-de-Provence. A suivre...

Plateforme Courrier de Sarlat

Droit de retrait suite à des malaises

Brève
04/07/2016

Les 28 et 29 juin, la quasi-totalité des employés de la plateforme Courrier de Sarlat (47 tournées et cinq équipes) ont utilisé leur droit de retrait pour danger grave et imminent. La veille, deux postiers, une factrice et un directeur, avaient fait des malaises et avaient été évacués vers l’hôpital.
 
Si on en est arrivé là, c'est à cause des suppressions de postes qui engendrent des conditions de travail toujours plus catastrophiques. Une grève a eu lieu début 2016, notamment suite à la suppression de six tournées sur la plateforme de Sarlat, fin 2015. Mais le protocole de fin de conflit n’a pas été respecté. Le sous-effectif fait que certaines tournées ne sont pas faites tous les jours. Des facteurs se retrouvent à devoir réaliser le travail de quatre jours en un seul, à leur retour de repos. 
 
Les postiers demandent des embauches, à commencer par les précaires qui sont employés sans perspectives, et le remplacement rapide des personnes en arrêt de travail. Car si le volume du courrier distribué est certes un peu moins important, les tournées sont de plus en plus grandes et il y a de plus en plus de colis, de publicités et de prestations. Les agents ont repris le travail le 30. Mais ils restent vigilants sur la mise en place des solutions proposées par la direction. Stop aux sous-effectifs et à la démolition des conditions de travail !
 

Feu de poubelles à la CFDT Bordeaux

Les imbéciles utiles... au patronat et au gouvernement

Brève
01/07/2016

Le siège régional de la CFDT à Bordeaux a été endommagé par un incendie de poubelles devant son entrée. Il semblerait que ce soit volontaire. Les médias se sont bien sûr précipités pour faire un lien avec la contestation de la loi El Khomri ou la grève actuelle des éboueurs de Bordeaux. S’il s’agissait, ce qui reste à prouver, de marquer de cette manière une opposition à la direction de la CFDT, ce serait complètement stupide, car la CFDT locale soutient la grève des éboueurs et nombre de militants CFDT sont opposés à la loi El Khomri.

Incendier des locaux de la CFDT n’aide en rien ceux qui luttent. L’arrogance du patronat et l’obstination du gouvernement suffisent déjà amplement à griller la politique d’offre de services de la direction de la CFDT parmi les travailleurs.