La Rochelle (Charente-Maritime)

Étudiants pauvres

Brève
29/10/2016

Le 26 novembre prochain, les Restos du cœur ouvriront à La Rochelle un accueil étudiants, après Perpignan et Dunkerque. Nombre d'étudiants font déjà la queue à l'épicerie sociale de la Croix rouge, ouverte depuis trois ans dans le quartier de l'université. Parmi eux, des étudiants étrangers installés depuis moins de deux ans (critère empêchant d'obtenir une bourse), et bien d'autres étudiants pauvres – ils sont 10 % en France sous le seuil de pauvreté –, certains faisant pourtant de petits boulots en plus de leurs études. La plupart ont des parents eux-mêmes travailleurs pauvres, ils sont le reflet révoltant d'une société qui n'offre que le chômage, la précarité et des salaires de misère comme perspective à la majorité des jeunes comme à leurs parents.

Fonderies du poitou – Ingrandes (Vienne)

Agentis et Saint-Jean Industries se moquent des travailleurs intérimaires

Brève
25/10/2016

Depuis que l’agence Agentis a le monopole des prestations d’intérimaires à la Fonderie Aluminium, les problèmes s’accumulent, notamment d’irrégularités sur les salaires.

Les samedis travaillés ne sont pas tous pointés par la hiérarchie et du coup non payés. Les indemnités de fin de mission sont payées n’importe quand, ou pas du tout. Pareil pour le treizième mois, les congés payés systématiquement refusés… Sans parler de la mutuelle, prélevée de force même quand on l’a refusée et dont personne ne sait quelles prestations elle peut fournir !

Trop c’est trop ! Les patrons se renvoient la balle. Pour St-Jean, qui possède les Fonderies, tout vient d’Agentis et pour Agentis c’est dû à… l’informatique !

L’un comme l’autre veulent imposer la loi de la jungle aux travailleurs, mais ces méthodes de sauvages commencent à faire monter la colère.

Transports de Bordeaux

Gratuité pour tous !

Brève
23/10/2016

Vendredi dernier, la décision des élus de Bordeaux Métropole de supprimer la gratuité des transports pour les demandeurs d’emplois a été à juste titre vivement contestée par leurs représentants. Sous prétexte d’étendre la tarification « solidaire » à de nouveaux bénéficiaires en fonction des revenus, Bordeaux Métropole revient sur un engagement vieux de plus de vingt ans.

Ce mauvais coup contre les demandeurs d'emplois se fait dans un contexte où les tarifs des transports viennent encore d’augmenter de 3% au minimum, bien au-delà de l’inflation officielle. Des augmentations qui visent à faire payer aux usagers une part grandissante des dépenses de fonctionnement et d’investissement, à grand renfort de contrôle anti-fraude, alors que le nombre de pauvres, de précaires, de chômeurs ne cesse de s’accroître.

Bordeaux Métropole assure que cette mesure contre les demandeurs d'emplois pourrait être revue ultérieurement, « de façon à voir combien de personnes sont susceptibles d’y perdre ».  C’est une façon de gagner du temps pour mieux faire passer la pilule. La gratuité des transports pour tous, financée en imposant les plus riches et les entreprises, devrait au contraire être la règle.

Dufour Yachts – La Rochelle

La colère s'exprime

Brève
22/10/2016

Jeudi 20 octobre, plus d'une centaine de travailleurs de l'usine Dufour, qui compte 600 salariés dont 200 intérimaires, ont débrayé contre les bas salaires et les conditions de travail.

Aux négociations annuelles, la direction ne propose qu'une augmentation de 1 %, et veut imposer le travail de nuit en contrepartie, un chantage que beaucoup jugent inacceptable.

La rassemblement a permis de dénoncer l'aggravation des conditions de travail : pressions, interdiction d'aller aux toilettes hors pauses, interdiction des radios, sanctions arbitraires. Les femmes, encore moins payées que les hommes, se voient proposer par des chefs rétrogrades de balayer le sol quand elles réclament une tâche technique.

Les intérimaires sont de plus en plus nombreux, cela accroît les risques d'accidents (17 en un seul mois, dont beaucoup de chutes).

Renforcés par ce débrayage, les travailleurs se promettent d'en organiser d'autres très prochainement.

Limoges (Haute Vienne)

Lombertie, les pauvres et les migrants : pas de ça chez moi !

Brève
22/10/2016

L'accueil d'une quarantaine de migrants en provenance de Calais, dans les locaux de l'AFPA de Babylone à Limoges (qui compte 140.000 habitants !) à partir du 24 octobre, a servi de prétexte au maire LR de Limoges, Emile Lombertie, pour déverser encore une fois son fiel.

Selon lui la présence des migrants fera "augmenter la xénophobie" car ( il le sait d'avance) ils n'auront majoritairement pas accès au droit d'asile, ne seront jamais expulsés et vivront dans la pauvreté. Le premier xénophobe, c'est lui ! En réalité, ce sont tous les pauvres, qu' à peine élu il a chassé du centre ville, qu'il n'aime pas ! Et, comme il l'avait fait pour les "vrais" pauvres qui seraient "méritants" et ceux qui seraient "assistés", il en rajoute : "Les vrais réfugiés, qui fuient les guerres n'ont pas eux un statut digne de ce nom et sont empêchés de s'intégrer" !

Accueillir les migrants en provenance de Calais, rescapés de la traversée de la méditerranée ou en provenance des camps du Liban et de Jordanie, qu'ils fuient les guerres ou simplement la misère n'est pas un problème dans une ville comme Limoges, comme dans toute la France où dans toute l'Europe.

Ce sont ceux qui sont prêts à utiliser les arguments les plus crasses pour faire diversion et tenter de diviser les pauvres qui créent "le problème des migrants", en les obligeant à vivre comme des parias. Liberté de circulation et d'installation pour tous !