Brive la Gaillarde (Corrèze)

Les travailleurs de l'agglo ne lâchent pas !

Brève
20/12/2015

Pour la 2ème fois depuis début décembre, vendredi 18, les salariés de la mairie de Brive, de l'agglo et du CCAS ont manifesté contre les attaques programmées par le Maire LR. A l'appel de la CGT et FO (UNSA, syndicat majoritaire s'est retiré) ils se sont retrouvés à plusieurs centaines des différents services, petite enfance, nettoiement, cantines... devant la sous-préfecture avant de se rendre en manifestation devant la Mairie.

Une rencontre entre les syndicats et le maire mardi 15 décembre n'a rien réglé : le maire semble dire qu'il ne supprimera plus les congés ancienneté, ni les 3 jours de congés libre… mais il veut faire travailler tous les salariés 1 heure de plus par semaine… Ce qui revient au même : travailler gratuitement plusieurs jours dans l'année. Pour les primes le Maire maintient sa position « calcul au mérite » en affirmant que cela ne fera baisser aucun salaire. Les salariés refusent ce système de salaires à la carte.

Déterminés les manifestants ont essayé de rentrer dans la Mairie, mais un barrage des forces de l'ordre les en a empêchés. Mauvaise idée ! Les slogans, les trompettes, les sifflets ont redoublé, à tel point que quelques fenêtres ouvertes se sont rapidement fermées, pour ne pas déranger les oreilles de ces Messieurs Dames. Une délégation syndicale a été reçue. Un prochain rendez-vous aura lieu après les fêtes. Les manifestants préviennent « ils font ici comme à Suresne ou à la Rochelle, mais on ne se laissera pas faire » !

Plate-forme distribution courrier (La Poste), Charente-Maritime

Grève spontanée et massive des facteurs

Brève
11/12/2015

Alors qu'un préavis de grève était déposé pour les 11 et 12 décembre, les facteurs de la Rochelle et Royan se sont mis en grève sans même attendre le préavis, dès le 10, contre la restructuration qui supprimerait entre autres 10 tournées de facteurs à La Rochelle.

La direction ne sachant plus quoi faire pour empêcher ce mouvement spontané qui entraîne 90 % des facteurs de La Rochelle a eu recours aux réquisitions pour la distribution des plis électoraux, sans entamer le moral des grévistes bien décidés à lui faire ravaler ses attaques.

Charente

Travail des détenus : la prison d’Angoulême pointée du doigt

Brève
11/12/2015

 

Une inspection du travail à la prison d’Angoulême a épinglé l’administration pénitentiaire : armoire électrique non protégée, produits toxiques à côté de denrées, température trop élevée dans un atelier sont parmi la longue liste des infractions relevées. Il manque du personnel pour l’entretien des bâtiments, disent les syndicalistes.

Par contre, comme il s’agit d’administration publique, l’Inspection du travail ne peut pas verbaliser et ne dispose d’aucun moyen contraignant pour que l’administration remédie aux infractions.

Si l’on ajoute à cela le tarif dérisoire auquel sont rémunérés les détenus qui travaillent, on a le tableau d’un univers carcéral bien à l’image de la société capitaliste, en pire.

 

Angoulême (Charente)

Le patron licencie, ne paye pas les salaires et ouvre une nouvelle entreprise…

Brève
11/12/2015

Trois chauffeurs-livreurs d’une entreprise de messagerie de Saint-Amant-de-Montmoreau en Charente ont été licenciés sur le champ – l’entreprise doit être placée en liquidation judiciaire ultérieurement. Ils ne peuvent même pas s’inscrire à Pôle emploi.

Ce patron ne leur a pas versé la paye de novembre, ni les heures supplémentaires. Dans le même temps, il ouvre une nouvelle entreprise ! Quand les travailleurs, exaspérés, ont bloqué l’entreprise, il a demandé l’intervention de la police, qui est venue. Quant au président de la chambre de commerce, il dit que, « légalement, sur le principe, personne ne peut interdire à quiconque de créer une entreprise ».

Patron, appuyé par la police et hommes de loi, tous contre les salariés. Oui, la lutte de classe existe, et tôt ou tard, les travailleurs passeront de l’exaspération à la lutte collective.

Territoriaux de La Rochelle

La colère des salariés contraint le maire à se cacher

Brève
10/12/2015

Le maire de La Rochelle n'a pas renoncé à imposer aux agents territoriaux de La Rochelle une augmentation non rémunérée de leur temps de travail, c'est-à-dire du travail gratuit pour atteindre le temps maximum légal de 1 607 h/an.

Mais face à l'opposition des agents, qui s'étaient invités au conseil municipal avec les syndicats CGT et Sud opposés à ses sales coups, le maire en fut réduit à organiser mercredi 2 décembre une réunion clandestine avec les syndicats minoritaires FO et CFDT. Et comme le service de réservation des salles est géré par... des agents territoriaux, le maire a même dû réserver la salle en secret !

À s'entêter à s'attaquer aux travailleurs de la ville, qui eux se battent tête haute, le maire finira-t-il par devoir organiser le conseil municipal dans une cave ?