Feu de poubelles à la CFDT Bordeaux

Les imbéciles utiles... au patronat et au gouvernement

Brève
01/07/2016

Le siège régional de la CFDT à Bordeaux a été endommagé par un incendie de poubelles devant son entrée. Il semblerait que ce soit volontaire. Les médias se sont bien sûr précipités pour faire un lien avec la contestation de la loi El Khomri ou la grève actuelle des éboueurs de Bordeaux. S’il s’agissait, ce qui reste à prouver, de marquer de cette manière une opposition à la direction de la CFDT, ce serait complètement stupide, car la CFDT locale soutient la grève des éboueurs et nombre de militants CFDT sont opposés à la loi El Khomri.

Incendier des locaux de la CFDT n’aide en rien ceux qui luttent. L’arrogance du patronat et l’obstination du gouvernement suffisent déjà amplement à griller la politique d’offre de services de la direction de la CFDT parmi les travailleurs.

Gironde

Grève dans les cliniques

Brève
30/06/2016

Depuis mercredi, plusieurs cliniques du groupe Bordeaux Nord Aquitaine sont en grève. Dans celle de Lormont, une majorité des salariés est en grève pour une augmentation de salaire de 50 euros net pour tous. Dans celle de la Teste de Buch, le personnel, rejoint par une partie des travailleurs de l'hôpital public, revendique des renforts dans les services de soins. Et jeudi, la grève a débuté dans la clinique principale du groupe, celle de Bordeaux Nord. Si sur cette clinique, la grève est encore minoritaire, elle pourrait bien s'étendre, tant le ras-le-bol, avec la course à la rentabilité qu'imposent les actionnaires du groupe, est général. Jeudi soir, la grève était reconduite dans les trois cliniques.

Dans la santé, dans le public ou dans le privé, les directions d'établissement imposent aux travailleurs, aux infirmières, aux ASH comme aux ouvriers des économies de personnel et le blocage des salaires. C'est par la lutte collective que les travailleurs peuvent défendre leurs intérêts.

MECS de Magnac-Laval (Haute Vienne)

Licencié pour action humanitaire !

Brève
29/06/2016

Un éducateur de la MECS (Maison d'Education à Caractère Social) "Le vieux collège" à Magnac Laval vient d'être licencié pour avoir participé, en dehors de son temps de travail, à une manifestation de soutien à un jeune étranger menacé de se retrouver à la rue parce qu'ayant atteint 18 ans !

Le 13 avril, une trentaine de travailleurs sociaux du vieux collège, avec des militants de RESF et d'associations de Sans Papier se sont rassemblés devant le Conseil Départemental socialiste qui, il y a deux ans, a décidé de supprimer les aides aux jeunes isolés devenus majeurs ("Contrat jeunes majeurs"). Ils ont finalement obtenu du CD des solutions temporaires pour ce jeune.

A la suite d'un courrier du Conseil départemental, financeur et contrôleur du Vieux Collège, le directeur organisait une réunion des personnels où il les menaçait tous, puis il en convoquait 19 pour "entretien préalable à sanction pouvant aller jusqu'au licenciement". 5 se sont vus notifier une observation, un travailleur social a été mis à pied 3 jours, François, éducateur et militant CGT connu, est carrément licencié pour faute grave. Il lui est reproché "d'avoir porté atteinte à l'image de l'Etablissement" et "mis en péril son avenir" !

En réalité, il subit les représailles des élus socialistes du département qui n'apprécient pas que leurs sales décisions soient contestées publiquement ! Bien entendu les choses ne vont pas en rester là : les syndicats de travailleurs sociaux qui avaient apporté leur soutien aux salariés menacés s'opposent au licenciement de François et une pétition circule publiquement y compris en ligne.

Pour signer la pétition :

https://www.change.org/p/pr%C3%A9sident-du-conseil-d%C3%A9partemental-de...

Eboueurs de Bordeaux

En grève pour leurs salaires

Brève
24/06/2016

Depuis mardi, les éboueurs de Bordeaux Métropole sont en grève. Ils revendiquent, entre autres, que l'agglomération bordelaise tienne ses engagements sur le régime indemnitaire en prenant en charge la hausse des cotisations mutuelle et une revalorisation de ce régime de 50 euros. Vendredi matin, à 200, pour se faire entendre, ils ont occupé le hall d'accueil de Bordeaux Métropole, ont accueilli bruyamment les élus et ont animé, de l'extérieur, la séance. Juppé, droit dans ses bottes, a qualifié, à la manière du gouvernement vis-à-vis des opposants à la loi travail, le comportement des grévistes comme "inacceptable", "au moment même où se déroule l'euro et la fête du vin"... Quant au PS, qui cogère Bordeaux Métropole avec la droite, il a éconduit les grévistes en leur disant que leurs revendications n'étaient pas recevables parce que "c'est l'argent des contribuables".

Football, vin, contribuables, tout est bon pour essayer de faire renoncer les travailleurs à exiger leur dû. Pour obtenir satisfaction sur leurs légitimes revendications, les éboueurs ont décidé de poursuivre leur mouvement. Et quand les éboueurs font grève, cela se voit !

Limoges

Contre la loi El Khomri, fiers d'être toujours là

Brève
24/06/2016

Jeudi matin, entre 800 et 1000 manifestants se sont retrouvés devant la préfecture pour exprimer encore une fois leur refus de la loi travail et, au delà, leur ras le bol de la politique anti-ouvrière du gouvernement.
Après un arrêt devant le siège du MEDEF, les manifestants sont allés bloquer le Rond Point Carnot où des militants syndicaux avaient installé un barbecue.

La prétention de Valls de vouloir interdire la manif parisienne et le parcours en boucle imposé par Caseneuve faisaient partie de toutes les discussions et avaient inspirés nombre de pancartes.

Mais ce qui prédominait, c'est la volonté de continuer le mouvement, voire de le reprendre en septembre, et la fierté d'en être !