Angoulême (Charente)

La neige en deuil

Brève
27/01/2016

Deux jeunes saisonniers angoumoisins ont péri dans le camion qui leur servait de domicile près de Chamonix, intoxiqués par un appareil de chauffage vétuste. Ce n'est pas la première fois qu'un tel drame arrive.

Deux millions de saisonniers travaillent l'hiver à la montagne, l'été à la mer ou à récolter fruits et légumes. La plupart vivent dans la précarité.

Le patronat en profite. L'État ferme les yeux et laisse les saisonniers se débrouiller pour se loger, quitte parfois à en mourir...

Roumazières (Charente)

Non à la répression syndicale

Brève
27/01/2016

Un responsable syndical CGT est mis à pied trois jours, aux Tuileries Terréal, à Roumazières.

Celui-ci avait, dans un e-mail privé, critiqué de façon virulente un autre syndicat de l’entreprise. Par erreur, il l’a envoyé par « répondre à tous », et ce message est parvenu à la direction. Celle-ci a affirmé que le message la visait et a sauté sur l’occasion de sanctionner pour « propos inadmissibles et injurieux » un syndicaliste qui monte au créneau.

Il est important de dénoncer cette sanctionnite contre des militants syndicaux.

Angoulême (Charente)

Le maire d’Angoulême et le salaire au mérite

Brève
27/01/2016

Le maire L.R. d’Angoulême veut instaurer un « salaire au mérite » pour les travailleurs municipaux. Cela pourrait induire au final des différences de 50 ou 70 euros sur une paye de 1 000 euros. Les travailleurs n’ont que faire d’une carotte distribuée (ou pas) à la tête du client. Ils veulent pouvoir vivre décemment de leur salaire. Alors oui, ils « méritent » de vraies augmentations de salaires, mais pour tous !

Angoulême (Charente)

Quel mérite ?

Brève
27/01/2016

Rappelons que lors de son élection, le maire L. R. s’était augmenté de 62 % en argumentant qu’il n’avait pas d’autres indemnités. Mais maintenant, il cumule avec son indemnité de conseiller régional récemment élu.

On ne voit pas où est le « mérite ».

 

Limoges (Haute Vienne)

Le 26, une manifestation réussie

Brève
27/01/2016

Mardi matin plus de 1100 travailleurs des services publics ont arpenté les rues du centre ville.

Plusieurs centaines d'enseignants se sont d'abord rassemblés devant le rectorat pour affirmer leur refus de la réforme des collèges qui va se traduire par de nouvelles économies de moyens.

Ils ont ensuite rejoints les territoriaux, les hospitaliers, les travailleurs sociaux, en grève contre le gel des salaires mais aussi contre les suppressions de postes.

Les territoriaux auxquels on veut retirer une semaine de congés se sont rassemblés devant la mairie en entonnant une chanson aux paroles peu flatteuses pour le maire !

Au cours de la manifestation, on a pu entendre des slogans demandant des embauches dans les services public, la fin du gel du point d'indice des salaires mais aussi des slogans affirmant la nécessité d'une mobilisation de l'ensemble du monde du travail. A la fin, à la préfecture, un appel a été lancé à manifester le 4 février pour exiger la relaxe des Goodyear.