Port de La Pallice (La Rochelle, Charente-Maritime)

Il y a 100 ans, la catastrophe de l'usine Vandier

Brève
01/05/2016


Le 1er mai 1916, l'acide picrique de l'usine Vandier sur les remblais de la Repentie à La Pallice, un explosif destiné aux obus de l'armée, accomplissait plus tôt que prévu son œuvre de mort : 177 personnes périrent dans l'explosion de l'usine, si violente qu'on l'entendit à 32 km à Luçon (Vendée), et 138 furent gravement blessées, sans compter les coupures par les vitres des maisons qui éclatèrent à La Rochelle, jusqu'aux vitraux de la cathédrale. La censure interdit à l'époque la publication du rapport d'enquête sur l'explosion. On sait depuis que l'usine, à la faveur de la guerre, avait pu produire en escamotant toute enquête de sécurité. Et qu'un incendie avait précédé l'explosion, pendant vingt minutes, mais que la direction n'a pas évacué le personnel, sous prétexte que les ingrédients des explosifs étaient censés brûler sans exploser !


Jacques Vandier, le patron de l'usine, qui avait démarré dans le textile puis fait fortune grâce aux commandes de guerre, continuera une brillante carrière après l'explosion, devenant administrateur de la société du Ferodo, équipementier automobile d'envergure mondiale aujourd'hui connu sous le nom de Valeo, qui utilisait l'amiante notamment pour la construction de freins.

Un siècle après, les ports de la Pallice et Chef-de-Baie concentrent des sites classés « Seveso seuil haut » pour leur dangerosité : cuves d'hydrocarbures Picoty et SDLP, usine d'engrais Gratecap, usine Solvay ; sans compter les silos à grain de Soufflet et Sica, et les entrepôt des cognacs Godet dans un quartier voisin. Les riverains sont à juste titre inquiets et mobilisés pour dénoncer les dangers que leur font courir ces sites.

La Rochelle, Charente-Maritime

Vingt-Trois v'là les curés !

Brève
01/05/2016

Procession de 300 prêtres, imposition des mains sur sa tête par les 35 évêques et 3 cardinaux présents sous la présidence de celui de Paris, André Vingt-Trois, en présence du nonce, représentant du pape : aucune pompe, aucune superstition d'un autre âge ne manquera à la cérémonie d'ordination du futur évêque de La Rochelle, qui se verra aussi remettre quelques grigris (anneau, bâton, mitre, blason), jeudi 5 mai dans le Parc des expositions, plus habitué à accueillir d'autres types de foires.

Le préfet de Charente-Maritime et les maires de La Rochelle et Saintes sont attendus à cette messe de trois heures, pas gênés non plus semble-t-il par la fleur de lys qui ornera le blason du nouvel évêque, qui comportera aussi divers symboles de l'Asie où a prêché ce « prêtre missionnaire » dans la plus pure tradition coloniale. Décidément, les représentants de « l'État républicain laïc », suivant eux aussi une longue tradition, ne reculent devant aucune courbette devant ce que l'Église compte de plus réactionnaire, et sans craindre le ridicule.

Amiante dans les Landes

Empoisonnés, morts empoisonnés et condamnés à rembourser

Brève
16/04/2016

Le 31 mars, la cour d’appel de Pau a confirmé que la papeterie Gascogne était coupable de faute inexcusable pour avoir exposé neuf salariés à l’amiante. Mais dans le même jugement, la cour d’appel a décidé de réduire les indemnités versées en première instance, ce qui condamnent les aimantés, ou leurs familles pour ceux qui sont décédés, à rembourser les trois quarts de ce qu’ils ont touchés.

Le patronat empoisonne les travailleurs et la justice affiche son mépris de classe.

Limoges

Débrayage à l'hôpital Chastaingt

Brève
08/04/2016

Jeudi 7 avril 2016 le personnel de Chastaing (long-séjour, EHPAD) a fait un débrayage de 13h30 à 14h30 contre le manque criant de soignants. Révoltées par les conditions de travail, le tarif qu'elles doivent payer, des familles de résidents étaient aussi présentes pour soutenir les agents .

En tout il manque 22 aides-soignants et 5 infirmiers, sans compter le personnel de rééducation, psychologues, médecins, agents de service, d'entretien, etc. Revenir les jours de repos sur un coup de téléphone au dernier moment est très courant. Les agents sont épuisés ce qui entraînent beaucoup d'arrêt maladie. Ce problème de manque de personnel est récurant depuis des années. La Direction promet des embauches à chaque débrayage, et après dit « on ne trouve personne ». Ce qui bien-sûr est un mensonge, comme l'ont dénoncé les délégués CGT et CFDT et les grévistes.

Malgré les pressions dans les services et les nombreuses assignations, le rassemblement dans le hall d'accueil était dynamique, ainsi que la promenade dans les couloirs jusqu'à la direction avec slogans « Salariés sacrifiés, usagers oubliés, embauchez, embauchez ou alors ça va péter ». Le directeur de la « politique de gérontologie » n'a pas voulu se déplacer pour rencontrer les agents. Un rendez-vous aura lieu ultérieurement, les agents sont bien décidés à venir y expliquer leurs conditions de travail.

Le tout s'est terminé par une manifestation au tour de l'hôpital avec la pose d'une banderole à une entrée où passent beaucoup de voitures ! Les collègues assignés applaudissaient aux fenêtres !

Herakles (Safran - Le Haillan)

L'impôt saigne le malheureux... mais certainement pas les patrons

Brève
04/04/2016

C’est officiel : le 30 juin, sur les sites Safran de Gironde, à Saint-Médard-en Jalles et au Haillan, tout le monde passe "ASL", le nouveau nom de la joint-venture entre Safran et Airbus pour faire main basse sur le secteur des lanceurs spatiaux européenns.

Ce sont les négociations entre le gouvernement et Airbus et Safran qui freinaient depuis des mois la création de la nouvelle structure. Mais c'est fait, le gouvernement a donné son agrément pour le montage dans les conditions fixées par Airbus et soutenues par Safran. Parmi ces conditions, le volet « optimisation fiscale » : Airbus ne paiera pas les centaines de millions d'impôts dus.

Et dire qu’il y en a qui s’embête à partir à Panama alors qu’il suffit de demander…