La Nouvelle République (Vienne) :  LO dénonce l'unité nationale

Article de presse
20/11/2015

Elisabeth Faucon (Hte-Vienne), Guillaume Perchet (tête de liste régionale) et Ludovic Gaillard (Vienne) animaient la réunion.

En dépit des attentats de Paris, Lutte Ouvrière poursuivait hier à Poitiers sa campagne pour les régionales. Condamnant « l'horreur » des massacres, Guillaume Perchet, tête de liste pour la région, n'en rejette pas moins l'appel à l'Unité nationale : « Les puissances impérialistes ont mis la planète à feu et à sang. En 2001, il y avait un foyer terroriste. Il y en a une quinzaine aujourd'hui. Ce sont des pompiers pyromanes qui appellent à l'unité nationale. Nous, on ne marche pas, on dénonce les terroristes et les gouvernements qui ont poussé à leur émergence. »

D'ailleurs, estime le leader régional de Lutte ouvrière, la façon dont sont traités par le gouvernement les conflits d'Air France ou de la RATP prouvent que cette unité nationale n'existe pas. Lutte ouvrière ne cache pas que sa candidature est surtout de témoignage : « Nous ne pensons pas changer la vie avec des élections. Les élections, c'est fait pour s'exprimer. » Dès lors, inutile d'essayer de trouver une entente avec les autres mouvements d'opposition aux « partis qui sont dans le camp du patronat, du PS au FN. Même le parti communiste est d'accord pour subventionner les entreprises. Si on passe des accords avec des gens avec qui on n'est pas d'accord, alors on ne s'exprime pas. Ces élections, ça nous permet de nous compter sans ambiguïté. Les travailleurs doivent se servir de cette élection pour condamner tous ces partis du camp du patronat, en votant pour Lutte ouvrière. »

 

Droits de reproduction et de diffusion réservés © Site internet de la NR