Bordeaux :  À Ford et ailleurs : interdiction des licenciements, répartition du travail entre tous avec maintien du salaire !

Communiqué
19/09/2012

Nous affirmons notre solidarité avec les travailleurs de Ford qui manifesteront le 29 septembre au Salon de l'Automobile à Paris pour défendre leur emploi. Alors que les collectivités locales subventionnent l'entreprise à coups de dizaines de millions d'euros, Ford, qui y employait plus de 2 500 travailleurs il y a dix ans, ne s'engage même pas concrètement sur le maintien de 1 000 emplois sur le site. Rien ne vient étayer les promesses faites aux élus et aux travailleurs au delà de 800 emplois.

Ford, comme PSA, Sanofi, fait des travailleurs la variable d'ajustement de ses profits, en les licenciant, en supprimant les emplois. Et le gouvernement ne fait rien et ne fera rien, sauf si les travailleurs en colère l'y contraignent, pour empêcher le patronat de nous nuire et de nous faire payer sa crise.

Les travailleurs ont collectivement la force de se défendre. Ils en ont le droit moral. C'est leur travail à tous qui fait marcher l'économie capitaliste. Et c'est uniquement grâce à ce travail que patrons, actionnaires et banquiers continuent à s'enrichir. Il faudra que les travailleurs mobilisés, tous ensemble, forcent les capitalistes comme Ford à puiser dans les profits accumulés et, au besoin, dans les fortunes privées accumulées par les actionnaires pour financer le maintien des emplois, des salaires, des conditions de vie. Il ne faut pas les laisser nous étrangler, de plan de licenciement en fermeture d'usine, entreprise après entreprise.

Interdiction des licenciements et répartition du travail entre tous sans diminution de salaire : voilà la seule réponse réaliste pour les travailleurs !

Guillaume PERCHET