Hôpital privé de l’Est lyonnais (HPEL) - Saint-Priest (Rhône

« Soigner c’est du temps, pas de l’argent ! »

Brève
18/12/2018

Le piquet de grève de l'Hôpital de l'Est lyonnais le 18 décembre 2018

     Une bonne partie du personnel de l’hôpital est en grève depuis lundi 17. Dans cet hôpital privé, qui a été racheté par le groupe Ramsay, les salaires sont les plus bas des hôpitaux privés du Rhône, au niveau du Smic pour les aides-soignants et 1400 € par mois pour les infirmières débutantes par exemple. Et les soignants sont débordés et épuisés à cause du manque de personnel.

     Ramsay se vante d’être le premier groupe de cliniques et d’hôpitaux privés français, il a racheté l’HPEL en 2017 et le groupe Capio en 2018. En juin 2017 le chiffre d’affaires sur un an était de plus de 2,2 milliards d’euros, avec un bénéfice net de 57 millions d’euros. Mais il préfère arroser les actionnaires plutôt que d’augmenter les salaires et d’embaucher.

     Après deux jours de grève, l’ambiance et la détermination sont toujours très fortes. Le piquet de grève rassemble 50 personnes, qui reprennent des slogans en musique et en dansant, en direction du bureau du directeur. Mardi soir, les personnels rassemblés ont voté la poursuite de la grève pour mercredi.

BAYER - Villefranche/Saône

Grève contre un licenciement

Brève
17/12/2018

     Suite aux négociations salariales pour l’année 2019, la direction a convoqué le délégué syndical du site de Villefranche pour une mise à pied conservatoire et entretien préalable à licenciement. Face à cette menace qui a révolté les salariés du site, depuis le lundi 10 décembre la majorité des travailleurs en production sont en débrayage reconductible tous les jours, ce qui entraîne une quasi-paralysie de la production.

     Tous les matins se tiennent des assemblées du personnel, et des salariés se relaient jour et nuit devant le site avec barbecue et café, parfois rejoints par des gilets jaunes qui occupent un rond-point à courte distance.

     Les grévistes exigent l’annulation des menaces de licenciement contre un délégué estimé de tous. A l’appel de la CGT, un rassemblement est prévu devant la direction lyonnaise jeudi 20, avec des travailleurs d’autres sites.

Manifestations

Soutien aux migrants

Brève
15/12/2018

     Différentes organisations appellent à manifester le mardi 18 décembre pour dénoncer la situation faite aux migrants, le droit d'asile de plus en plus restrictif, le manque de places d'hébergement qui condamne à la rue des milliers de personnes, dont des centaines d'enfants.

     Alors que les pays impérialistes comme la France sèment la misère et les guerres aux quatre coins de la planète, ils se hérissent de barbelés et empêchent les bateaux de sauver les naufragés en mer. Pour dénoncer la barbarie croissante que le monde capitaliste impose aux exploités sur toute la planète, pour réclamer la liberté de circulation et d'installation pour tous, Lutte Ouvrière s'associe à cet appel.

A Lyon, la manifestation partira à 18h de la place de la République mardi 18 décembre.

A Grenoble, le rendez-vous est à 17h30 Place de Verdun (devant la préfecture).

A Clermont-Ferrand, rendez-vous à 18h, place de Jaude.

Grenoble

Une manifestation qui en appelle d'autres

Brève
14/12/2018

Plus de 2000 lycéens, étudiants et salariés du public et du privé, certains en gilets jaunes, ont manifesté ce vendredi 14 à Grenoble pour montrer leur opposition à la politique de Macron. C’est le double du nombre de manifestants par rapport à la semaine passée. La question des salaires étaient dans bien des têtes et sur de nombreuses pancartes, mais aussi la nécessité de changer en profondeur la société et stopper l’offensive engagée par la bourgeoisie depuis des années.

Un encouragement pour tous ceux qui savent que ce combat doit se gagner dans les entreprises, en multipliant les discussions, les occasions de faire passer l’idée que nous sommes des millions et que nous avons largement la force d’imposer un véritable recul à Macron et à ses maîtres, les capitalistes.

CMP de Youx (Puy-de-Dôme)

Victoire de la mobilisation

Brève
12/12/2018

La mobilisation contre la fermeture du Centre médico-psychologique (CMP) de Youx, initiée par le Collectif des Usagers et soutenue par divers syndicats et associations, a porté ses fruits. Le CMP ne fermera pas et une psychiatre - que les autorités prétendaient ne pas arriver à trouver - a été embauchée en CDI. Elle interviendra, à partir de janvier 2019, deux jours par semaine à l'hôpital de jour et au centre de consultations.

Les patients, le personnel et les familles ne s'en sont pas laissé compter, ni laissé faire, à juste raison. Ils restent vigilants et mobilisés.