Chômage

"Quoi qu'il en coûte"... à la population

Brève
26/02/2021

Il faut avoir une énorme loupe grossissante pour affirmer que le chômage est en baisse fin janvier 2021. Le léger tassement (moins de 1 %) du nombre des travailleurs totalement sans activité (catégorie A) ne fait même pas baisser le nombre total des chômeurs tenus de pointer (catégories A+B+C) ! Car les inscrits en catégories B et C (exercent des activités réduites) sont plus nombreux qu'en décembre 2020.

Dans la Région Auvergne-Rhône-Alpes, il y a donc officiellement autour de 675 000 chômeurs. C'est un vivier de forces vives qui serait nécessaire dans les hôpitaux, les écoles et tous les services publics où l'on manque cruellement de personnel, mais où l'Etat ne veut pas embaucher.

Sapeurs-pompiers de l’Isère

État pyromane, direction sourde : les travailleurs refusent de trinquer

Brève
26/02/2021

Jeudi 25 février, plusieurs dizaines de sapeurs-pompiers se sont rassemblés devant la préfecture de l'Isère à Grenoble. Ils voulaient rendre hommage à l'un des leurs, militant syndical à Sud qui travaillait à la caserne de Pont-de-Chéruy, et qui s'était donné la mort le 8 février dernier.

Les sapeurs-pompiers voulaient également à cette occasion dire leur colère et dénoncer les menaces de représailles et le chantage à l'avancement dont ils sont victimes de la part de la direction départementale du SDIS-38 soucieuse avant tout de faire marcher les salariés au pas. En Isère comme ailleurs, c'est toute la profession, et par suite la population, qui subit la pénurie de moyens amplifiée par l'aggravation de la crise. À l’instar de la situation dans les hôpitaux, les dirigeants politiques continuent d’imposer l’austérité à tous les étages, pour mieux offrir des milliards sur un plateau aux grands capitalistes. Les sapeurs-pompiers comme bien d'autres travailleurs en auraient un bien meilleur usage !

Caisse d’Allocations Familiales (CAF) – Lyon

Opération de com’ des ministres

Brève
22/02/2021

La CAF de Lyon

     Lundi 22 février, les ministres Dupont-Moretti et Véran sont venus parader à la CAF à Lyon, pour vanter le nouveau dispositif sur les pensions alimentaires : la CAF pourra en verser une partie au cas où l’ex-conjoint ne le fait pas. Ce dispositif avait été obtenu suite à la mobilisation des Gilets Jaunes, et il nécessitera parfois des démarches compliquées qui pourront être un obstacle, mais tant mieux s’il permet de secourir certaines femmes isolées avec leurs enfants.

     En revanche, les ministres se vantent moins du récent changement de calcul des aides aux logements (APL) : le gouvernement en attend 5 à 700 millions d’euros d’économies, faites sur le dos des chômeurs, des étudiants, des travailleurs précaires. Pour certains jeunes travailleurs, la baisse d’APL constatée en janvier a représenté plusieurs centaines d’euros. Des restrictions révoltantes, pendant que les aides publiques pleuvent sur les grandes entreprises.

Puy-en-Velay (Haute-Loire)

Non à l'expulsion de Madama

Brève
19/02/2021

Mercredi 17 février au Puy-en-Velay, plusieurs centaines de personnes ont manifesté leur soutien au jeune Madama menacé d'expulsion. L'enseignant qui l'héberge en famille d'accueil depuis deux ans, est en grève de la fin depuis 19 jours pour que Madama obtienne un titre de séjour.

Tant qu’ils sont mineurs, les jeunes étrangers n'ont pas besoin de titre de séjour. Mais dès 18 ans, cela devient obligatoire. Et c'est bien souvent un chemin d'embuches, aggravée par le confinement.

La préfecture a pris prétexte du fait que le jeune aurait présenté de faux documents d'identité pour lui refuser le titre de séjour.

En deux ans, Madama a appris le français. Il est scolarisé et prépare un CAP d'ouvrier agricole. Et il devait commencer un stage en alternance.

Chacun doit pouvoir circuler et s’installer où il le souhaite !

Renault Trucks

De petites puces font caler les camions

Brève
15/02/2021

     Les patrons de usines Renault trucks vont imposer du chômage partiel, à cause d’une pénurie de semi-conducteurs. Elle entraîne l’arrêt planétaire de nombreuses usines, notamment dans l’automobile ou l’électronique. Les quelques entreprises spécialisées n'arrivent pas à suivre la demande et n’ont aucun stock, car elles produisent à flux tendu. Du coup, les prix des semi-conducteurs explosent et la spéculation s’emballe sur les titres boursiers de ce secteur où de gros profits s’annoncent.

     Dans l’économie capitaliste, chaque grand groupe produit pour le profit maximal, à court terme, sans aucune coordination. Et quand la production s’arrête à cause de cela, les autorités les assistent, avec le chômage partiel qui permet aux capitalistes de se faire payer les salaires par l’État. Toute la population paie donc pour cette anarchie capitaliste qui engraisse spéculateurs et grands bourgeois.