General Electric (Grid Solution) - Villeurbanne

« On veut le fromage et le dessert »

Brève
23/01/2023

Le piquet de grève de General Electric Villeurbanne le 23 janvier 2023

     Depuis  lundi 16 janvier, les travailleurs des ateliers de l’usine sont en grève pour une augmentation des salaires. Ils réclamaient au départ un talon de 270 euros.

     La direction lâchant dans un premier temps un talon  de 100, elle passait à 130 euros au cours de la 2ème réunion de négociations. Et elle annulait la 3ème réunion prévue la semaine suivante, disant que c’était à prendre ou à laisser et « qu’on ne pouvait pas avoir fromage et dessert ». Pour les travailleurs, c’était une provocation. Ils décidaient de ne pas reprendre le travail en dessous de 200 euros. La production était complètement arrêtée. Et leurs collègues du site d’Aix-les-Bains s’étaient mis à leur tour en grève, eux aussi pour les salaires.

     Devant la détermination des grévistes, la direction a finalement annoncé une 3ème réunion de négociations jeudi 26 janvier. Aussi, la grève a été suspendue jusque là, en attendant de voir ce que la direction est prête à céder.

La Poste – Département de la Loire

Massacre du service postal

Brève
23/01/2023

     Partout, la dégradation des services postaux s'aggrave, avec la fin du timbre rouge et bien d'autres mesures d'économies. Dans la Loire, la ville de Montbrison fait partie des zones tests pour la suppression des tournées quotidiennes. À Saint-Genest-Lerpt, près de Saint-Étienne, le bureau n’ouvre plus que deux heures par jour, pour permettre au guichetier du matin de distribuer le courrier l’après-midi. Enfin, dans plusieurs villes comme Saint-Chamond, des boîtes aux lettres jaunes ont été supprimées, soi-disant « par mesure de sécurité ».

     Pour les travailleurs, la situation se dégrade tout autant. Au centre de tri de Saint-Étienne, là où sont préparées toutes les tournées, c'est une ambiance de travail digne d’une chaîne de montage. Les postiers qui trient le courrier et les colis sont plus en plus de précaires, pour un salaire à peine au-dessus du Smic.

     Avec la fin des tournées quotidiennes, La Poste compte supprimer 10 000 à 15 000 postes à l’échelle du pays. C’est avec toutes ces mesures drastiques d’économies sur le dos des postiers et des usagers que le groupe a pu annoncer 900 millions de bénéfices au premier semestre 2022.

Michelin

Hypocrisie

Brève
18/01/2023

Une entrée de l’usine Cataroux à Clermont-Ferrand

Michelin se vante dans la presse d’avoir signé un accord avec toutes les organisations syndicales visant à « répondre à l’évolution des attentes des salariés en termes d’environnement et de conditions de travail tout au long de leur parcours Michelin ».

Déjà, ceux qui ne trouvent plus de travail dans l’entreprise, suite à la vague de suppression de postes, apprécieront leur « évolution ».

Ensuite, il se targue, par exemple, de simplifier les dons de jours entre salariés, face aux aléas de la vie. C’est-à-dire que c’est aux travailleurs de prendre sur leurs jours de congés.

Et que dire des salaires toujours inférieurs pour les femmes ?

Il n’est jamais question de prendre sur les bénéfices pour augmenter les salaires, améliorer les conditions de travail ou embaucher.

Michelin s’est offert une nouvelle publicité à bas coût.

Caterpillar - Grenoble / Echirolles

Le coup de colère !

Brève
17/01/2023

Grévistes rassemblés devant le siège à Grenoble

Lundi 16 janvier, près de 300 ouvriers des deux usines de l'agglomération grenobloise ont débrayé. Après une avance de 45 € brut en juillet, largement effacée par la hausse des prix, la direction a seulement proposé 0,65 % d'augmentation en 2023 ! Comme disent certains ouvriers, "ils nous crachent à la gueule".

2022 a été une année record pour le groupe qui a vu ses bénéfices augmenter de plus de 20 %. Rien qu'au 3ème trimestre, plus de 2 milliards de dollars ont été distribués aux actionnaires. Face à cette insulte, les ouvriers étaient déterminés à réagir.

Le matin, une partie des travailleurs d'Échirolles se sont dirigés à pied vers le siège de Grenoble, situé à 3 km, pour rejoindre les grévistes de Grenoble. Tous étaient contents de se retrouver aussi nombreux, en gardant en tête que le combat n'est pas fini. La manifestation du 19 contre l'attaque sur les retraites étaient également dans toutes les têtes.

Général Electric - Villeurbanne

Grève pour les salaires

Brève
16/01/2023

Devant l'usine General Electric de Villeurbanne le 16 janvier 2023

     La première réunion des NAO (négociations salaires) s’est déroulée le 12 janvier. Les travailleurs demandaient 11 % d’augmentation, avec un talon minimum de 270 euros. Mais pour le moment la direction ne veut lâcher que 5 % et un talon de 100 euros.

     Il n’en est pas question pour les salariés. Aussi une grève totale et reconductible a été déclenchée dès lundi 16. Les pneus et les palettes sont réapparus devant l’entrée, comme pendant la dernière grève contre un plan de suppressions d’emplois il y a maintenant deux ans.

     La direction dit que la situation est difficile et l’avenir incertain….même si les résultats sont meilleurs que les années précédentes et que les carnets de commande sont pleins ! Qu’elle ouvre ses livres de comptes, les salariés sont prêts à montrer leur feuille de paie.