Lyon

Le luxe côtoie la grande pauvreté

Brève
08/04/2021

     Cette année, la France compte quatre milliardaires de plus, et ils étaient déjà nombreux. À Lyon, les propriétaires de commerces de luxe (bijoux, Hermès, Vuitton, Porsche…) se vantent dans la presse d’avoir maintenu leur chiffre d’affaires malgré l’absence de touristes étrangers. Des boutiques de luxe vont être agrandies et de nouvelles vont ouvrir.

     Pendant ce temps les plus pauvres subissent la crise de plein fouet. D’après le rapport de la fondation abbé Pierre, dans la Métropole de Lyon, en 2019 plus de 18500 personnes étaient dépourvues de domicile personnel, dont 5500 sans abri ou en squats/bidonvilles, et cela a probablement augmenté depuis. Le nombre d’allocataires du RSA a augmenté de 10% sur la Métropole entre mars et novembre 2020, et les associations caritatives (Restos du cœur, Secours populaire, Secours catholique etc…) ont vu affluer de nouvelles personnes.

     Mais pendant que les travailleurs, les retraités, les chômeurs, les précaires galèrent pour survivre au jour le jour, les milliards débloqués par le gouvernement finissent dans les poches des actionnaires qui, pour se consoler du confinement, « se font plaisir » en achetant des produits de luxe. De quoi se révolter !

Ciment Lafarge Holcim – Lozanne (Rhône)

Grève contre les licenciements

Brève
07/04/2021

Les grévistes des ciments Lafarge à Lozanne le 6 avril 2021

     Mardi 6 avril, les travailleurs de la cimenterie de Lozanne ont rejoint la grève de leurs camarades de Contes (06), débutée le 24 mars. Cette usine près de Nice doit fermer, avec 65 emplois supprimés. En tout, 144 licenciements sont annoncés dans la branche ciments et granulats de ce groupe multimilliardaire, qui prépare une augmentation de la production sur d’autres sites, comme au Teil en Ardèche. Ces capitalistes veulent encore augmenter la productivité, en surchargeant certains de travail et en licenciant d’autres. À Lozanne, la crainte est grande d’être les prochains sur la liste.

     C’est avec de telles méthodes scélérates qu’en 2019, Lafarge Holcim a engrangé un profit de 2,2 milliards de francs suisses. La colère a explosé à Contes alors que le groupe a annoncé des primes de licenciements bien moindres que pour d’autres plans. Pourtant, Lafarge a largement les moyens de payer, et même de garder les emplois : dans cette période de chômage, c’est la répartition du travail qu’il faut imposer.

Carrefour – Vénissieux (Rhône)

Les salariés disent leur ras-le-bol par la grève

Brève
03/04/2021

Les grévistes de Carrefour Vénissieux rassemblés devant le magasin samedi 3 avril 2021

     Samedi 3 avril, de très nombreux salariés de Carrefour-Vénissieux ont fait grève dans le cadre d’un appel national.

     Bien que les magasins Carrefour n’aient jamais fermé et aient  même augmenté leurs ventes de 7,8 % cette année, la direction n’accorde une augmentation que de 0,9 % sur des salaires déjà très bas. Et au lieu de la prime de 1000 € évoquée par le gouvernement pour ceux qui ont continué à travailler dans des conditions difficiles et dangereuses pour leur santé, elle se contente de proposer 155 €.

     Pendant ce temps-là, les actionnaires vont voir leurs dividendes plus que doubler. Et comme ils en veulent toujours plus, la direction augmente l’exploitation des employés en diminuant leur nombre, alors qu’il est déjà insuffisant, en multipliant les contrats précaires, avec un manque de matériel et des réorganisations rendant le travail plus répétitif.

     Aussi les employés étaient nombreux à dire leur ras-le-bol en faisant grève, en s’adressant aux clients et en défilant dans le magasin. Les capitalistes de la grande distribution n’en ont jamais assez, mais les salariés ont voulu leur dire : "ça suffit" !

Hôpital psychiatrique de Saint-Égrève (agglomération de Grenoble)

Le personnel en colère accueille Macron

Brève
02/04/2021

Devant l'hôpital psychiatrique le 2 avril

Dans le cadre d'une journée sur l'autisme le 2 avril, Macron venant visiter un service d'accueil pour autistes à l'hôpital psychiatrique de Saint-Égrève, près de 200 hospitaliers et étudiants médico-sociaux se sont rassemblés devant l'entrée principale pour exprimer leur colère devant le manque de moyens et de personnel.

Car derrière ses beaux discours sur les soignants, le gouvernement continue de fermer des lits. À l'hôpital de Saint-Égrève, 78 ont été fermés en quelques années, alors qu'au contraire, il faudrait en ouvrir d'urgence. Déjà en 2017, la mobilisation du personnel avait fait reculer la direction qui voulait supprimer treize jours de récupération par an, enlever deux agents par unité et fermer des services de soins pendant les congés scolaires.

Bien sûr, Macron s'est bien gardé de s'approcher du personnel, car il sait que toute la politique menée depuis des décennies ne peut que mettre de plus en plus en colère professionnels et familles de patients.

Hôpital de la Croix-Rousse - Lyon

Hôpital vétuste, personnel et patients en danger

Brève
29/03/2021

Jeudi 25 mars, un plafond s’est effondré à cause d’une fuite d’eau. Le médecin qui se trouvait en-dessous a réussi à s'enfuir in extremis, échappant de peu à la mort. En quelques minutes, des dizaines de mètres cubes d’eau brûlante se sont déversés dans le bureau et les locaux avoisinants. Le personnel a dû évacuer une partie du service, protéger les patients et les préparer à une évacuation. L’électricité centrale du bâtiment se trouvait juste en-dessous, faisant courir le risque d’un sur-accident électrique et cette eau de chauffage est contaminée par des légionelles.

La panne des radiateurs avait été signalée et c’est la troisième fois en un an qu’un plafond s’écroule dans cette partie de l’hôpital. Mais la direction n'a rien fait. Voilà les conséquences dangereuses du manque d’entretien et des suppressions de postes. C'est dans une telle ambiance que l'hôpital est appelé à faire face au Covid.