Ecoles du Rhône

une rentrée inquiétante préparée avec les moyens du bord

Brève
05/05/2020

Dans les écoles, les équipes enseignantes se préparent comme elle le peuvent à la rentrée du 11 mai, décidée par Macron pour libérer les parents de la garde de leurs enfants et les renvoyer au travail.

Incapable de leur donner les moyens d’une reprise sereine, le gouvernement multiplie les recommandations... le plus souvent inapplicables dans un cadre scolaire : qui donc peut envisager sérieusement d’empêcher les enfants d’entrer en contact pendant les récréations, ou encore d’interdire aux élèves de maternelle d’utiliser le matériel collectif de la classe ? Il faut dire que les recommandations sont gratuites... En revanche, il n’est pas question pour le gouvernement de mettre la main à la poche pour moderniser les installations sanitaires, ni pour embaucher du personnel de nettoyage, ni pour quoique que ce soit.

Blanquer ayant finalement laissé à chaque famille le choix d’envoyer ou non les enfants en classe, il est probable qu’un grand nombre de parents les garderont à la maison dans un premier temps.

Malgré cela, dans la plupart des écoles du département, le retour des élèves ne commencera en fait que le 14 mai et seulement pour certains niveaux. Pas avant plusieurs semaines pour tous les autres. Et même pour ceux qui retourneront à l’école, en raison du manque de locaux, les dernières injonctions du ministère préconisent de séparer les élèves présents en deux groupes, ce qui limite à deux jours par semaine leur présence dans les classes. Au bout du compte et dans le meilleur des cas, pour l’ensemble du mois de mai, les élèves ne pourront profiter que de… six jours de classe !

Dans ces conditions déplorables, les enseignants font leur possible pour inventer de nouvelles façons d’enseigner… afin que l’irresponsabilité du gouvernement ne conduise pas dans les écoles à de nouvelles catastrophes éducatives et sanitaires.

Chômage

C’est le capitalisme qui est malade

Brève
28/04/2020

Comme on le devinait, les chiffres du chômage de Pôle emploi pour fin mars ont bondi. Beaucoup d’intérimaires, de CDD, de travailleurs en période d’essai ont vu leur emploi brutalement supprimés dès le confinement. Dans la Région Auvergne-Rhône-Alpes, les demandeurs d’emploi sans aucune activité approchent les 400 000 (hausse de 8,7 %). L’ensemble des demandeurs d’emploi des catégories A, B et C dépassent les 650 000 (hausse de 4,4 %).

Dans la société capitaliste, une épidémie ne fait qu’aggraver le sort de ceux qui ne vivent que de leur travail. Ceux qui gardent leur emploi voient pour beaucoup leurs revenus baisser, et ceux qui perdent le leur n’ont droit qu’à aller pointer au chômage.

C’est en supprimant le pouvoir des plus riches que l’on pourra assurer à tous un emploi et un salaire décent.

Santé

Des choix criminels

Brève
22/04/2020

Le gouvernement se vante d’avoir réussi à augmenter en quelques semaines le nombre de lits en réanimation. Il a doublé en région Auvergne Rhône-Alpes. Mais il est moins prolixe quant aux conséquences sur le reste de la santé : parallèlement, les lits et les blocs opératoires pour les autres affections ont fermé, et le nombre de personnel de santé a diminué.

Le journal La Montagne cite le cas d’une femme qui ne présentait aucun des symptômes du Covid-19. Renvoyée chez elle, elle est morte d’une embolie pulmonaire.

On paye aujourd’hui les choix de restrictions budgétaires avec ses fermetures de lits, de services, voire d’hôpitaux, des gouvernements actuel et précédents.

Zone de logistique de Saint-Quentin-Fallavier (Isère) 

Aucune protection pour ceux qui travaillent

Brève
17/04/2020

plateforme logistique de Saint Quentin-Fallavier

Macron a promis que le 11 mai le travail pourrait reprendre partout avec des masques disponibles pour tous et des tests pour ceux qui présenteraient des symptômes. Les promesses n’engagent que ceux qui les croient. En tous cas, ceux qui continuent de travailler aujourd’hui dans des métiers vitaux sont loin d’en avoir systématiquement. C’est le cas des travailleurs dans la logistique alimentaire de la zone de Saint Quentin, comme chez Aldi où ils n’ont ni masques, ni gants, ni gel hydroalcoolique et qu’il est de plus impossible de garder des distances entre travailleurs tant l’entrepôt est bondé de marchandises.

Les patrons de ces groupes sont de dangereux irresponsables et Macron ment comme un arracheur de dents !

Ehpad

Derrière la propagande du gouvernement, toujours la pénurie de tests

Brève
14/04/2020

     Le gouvernement a annoncé, après des semaines de tergiversations, que des tests devaient arriver dans les Ehpad. Mais comme pour les masques, c’est la pénurie.

     Dans les Ehpad de la région, les tests sont réalisés dans des laboratoires privés, mais comme ils manquent de réactifs, ils réalisent d’abord les analyses pour les hôpitaux. En conséquence, les résultats ne sont pas rendus avant 3 à 7 jours. Faute de connaître le statut viral des résidents et soignants, le confinement dans les chambres reste impératif.

     De partout, la crise sanitaire révèle et exacerbe les problèmes de moyens que dénoncent depuis des années les personnels des Ehpad. Pas de masques, pas de tests, les économies passées ont des conséquences aujourd’hui criminelles, au sens propre.