Hospices Civils de Lyon

Aux petits soins pour les capitalistes

Brève
12/03/2021

Une enquête de Mediacités révèle que les Hospices Civils de Lyon ont versé 500 000 € à la société McKinsey pour un audit du pôle pharmacie sans que cela n’ait servi à quoi que ce soit. Ainsi, quand ce ne sont pas les banques que les HCL remboursent, ils versent des fortunes à ces grands cabinets d’audit : il y en a eu pour 11 millions d’euros entre 2009 et 2017 !
Aux postes de direction des hôpitaux, on retrouve ceux qui étaient dans des cabinets ministériels. Il n’est donc pas étonnant de voir l’État confier à ce même cabinet McKinsey l’élaboration de sa stratégie vaccinale, avec les résultats que l’on sait : tout au long de leur carrière, ces dirigeants ne savent rien faire d’autre que d’engraisser des actionnaires avec de l’argent public.

ZF Mécacentre – Saint-Étienne

L'entourloupe ne prend pas

Brève
11/03/2021

Devant ZF Mécacentre le 10 mars 2021

     L'usine ZF Mécacentre est en grève totale depuis mercredi 9 mars. Depuis plus d'un an, des managers mercenaires d'un cabinet spécialisé sont présents pour tenter de faire passer les sales coups de la direction. Mais, malgré les 2000 € par jour que ça coûte à l'entreprise, ils ont bien du mal à imposer leurs quatre volontés aux salariés. Déjà, une grève en septembre dernier les avait contraints à renoncer à des sanctions contre des travailleurs.

     Cette fois-ci, c'est lors des négociations salariales qu'ils ont tenté une manœuvre : alors qu'un accord avait été trouvé, les syndicats ont découvert que la direction avait glissé, sans en discuter, une "prime de retournement" de 400 € brut, destinée à faire accepter à l'avance aux travailleurs les futurs licenciements. Comme disait l'un d'eux : « 400 € notre dignité ? Ils ne nous estiment vraiment pas chers ! ».

     En tout cas, l'entourloupe n'a pas pris, et à la place des remerciements que la direction attendait peut-être pour cette aumône empoisonnée, elle a récolté la grève.

SNCF

Elle ne nous transporte pas, elle nous roule et nous méprise

Brève
11/03/2021

Sans aucun égard pour les usagers, la direction de la SNCF a brutalement décidé de réduire de moitié le nombre de trains sur le trajet entre Clermont-Ferrand et Paris. Des usagers qui avaient réservé parfois très récemment leur billet ont été contraints à refaire une réservation.

Depuis ce 8 mars, il n'y a plus que 4 allers-retours en semaine sur cette ligne, sous prétexte de travaux et de la pandémie. Il est désormais impossible d'arriver avant midi à Paris, et pratiquement impossible de faire un aller-retour dans la même journée.

Même si la SNCF vient de promettre de revenir sur cette suppression, cela montre le mépris abyssal de ces dirigeants envers les usagers et les cheminots.

Collège Dargent - Lyon

Non à la suppression d'un poste de CPE

Brève
09/03/2021

Rassemblement devant le collège Dargent le 8 mars 2021

    Pour faire des économies, l'académie de Lyon a annoncé la suppression de dix postes et demi de CPE (conseillers pédagogiques d'éducation). Au collège Dargent, deux CPE assurent l'encadrement des 750 élèves. Elles ont du travail par dessus la tête. Alors, quand le rectorat a annoncé qu'à la rentrée 2021, il n'en resterait qu'une, l'indignation a éclaté.

     Lundi 8 mars, près d'une centaine de personnes se sont retrouvées devant le collège, enseignants, agents, surveillants et parents d'élèves, pour dénoncer cette suppression de poste qui ne pourrait qu'aggraver les conditions de travail de tous et nuirait au bon accueil des élèves. Une pétition circule parmi eux à l'initiative de plusieurs élèves. Tous ont décidé d'aller manifester mercredi devant le rectorat avec les autres établissements touchés.

Caluire-et-Cuire (Rhône)

Non à l’expulsion du Duracuire ! Un logement pour tous

Brève
07/03/2021

     Mercredi 3 mars, une soixantaine de migrants et leurs soutiens ont manifesté devant l’hôpital du Vinatier. Ils protestent contre leur expulsion programmée d’un bâtiment de Caluire surnommé le Duracuire où ils logent depuis plus d’un an : un ancien Centre Médico-Psychologique pour enfants et adolescents dépendant du Vinatier, que l’hôpital a fermé en 2017, avec l’objectif de vendre le bâtiment. Depuis fin 2019, ce bâtiment vide héberge une partie des migrants expulsés du squatt « Amphi Z » de Villeurbanne, dont plusieurs familles avec enfants, que l’État a jetés dehors sans leur proposer de logement.

     Au-delà des choix choquants de la direction du Vinatier, c’est toute la politique de l’État dévoué au service des riches qui est en cause : il impose aux hôpitaux d’adopter une logique d’économies tous azimuts pour mieux arroser d’argent le grand patronat, et il laisse dormir dans la rue des centaines de milliers de personnes en refusant de réquisitionner les logements vides par respect de la sacro-sainte propriété privée.