Chambéry (Savoie)

5 000 manifestants dans les rues

Brève
05/12/2019

Cinq mille manifestants se sont retrouvés dans les rues de Chambéry pour exprimer leur opposition à la casse des retraites et dénoncer la dégradation des conditions de vie des classes populaires. Les hospitaliers, suivis des cheminots, ouvraient le cortège et des centaines de badges de soutien à la défense de l’hôpital public étaient visibles dans le défilé. Outre le secteur public et les enseignants, des délégations ouvrières d'entreprises du privé, notamment de la métallurgie, comme Trimet Saint-Jean de Maurienne, de la chimie (Arkéma) mais aussi de nombreux travailleurs du syndicat des remontées mécaniques ont battu le pavé.

Cette manifestation réussie en appelle d’autres. L’idée qu’il faut réfléchir dès maintenant à la suite du mouvement et qu’une grève d’un jour ne suffira pas à faire reculer le gouvernement et le patronat au service duquel il travaille était dans beaucoup de têtes.

Safran (Allier)

Le procès est gagné, mais la discrimination continue

Brève
01/12/2019

Une ouvrière de Safran, à Domérat, a été reconnue victime de discrimination de la part de son employeur. En quarante ans de carrière, elle n’a été augmentée que… trois fois ! La vingtaine de collègues masculins entrés en même temps qu’elle, en 1974, dans l’entreprise gagnaient près de 400 euros de plus qu’elle, par mois.

Le jugement a été rendu en décembre 2015, mais il a fallu à la plaignante attendre encore quatre ans pour être sûre que Safran ne ferait pas appel. Au terme de ce délai, la plaignante a donc gagné son procès. Safran a été condamné, pour préjudices économique et moral ainsi que pour violation de l’accord sur l’égalité hommes-femmes, à un total de 147.000 euros, soit l’équivalent de 306,25 euros par mois de préjudice.

L’ouvrière est aujourd’hui à la retraite. Calculée sur une paye discriminée, sa pension reste, elle, nettement inférieure à celle de ses collègues masculins.

5 décembre

Tous en grève et en manifestation !

Brève
01/12/2019

     Ouvriers, employés, techniciens, infirmières et aides-soignantes, cheminots, conducteurs de bus, de tram ou de métro, enseignants… la grève du jeudi 5 décembre doit être notre affaire à tous.

     Nous, travailleurs, nous avons fait assez de sacrifices. Cela fait des années que nous supportons des salaires bloqués. Des années que nous subissons les suppressions de postes et l’augmentation de la charge de travail. Des années que la pression à la productivité, à la flexibilité, à la mobilité nous étouffe et rend notre travail infernal. Des années que nous subissons la précarité et le chômage.

     Tout ne se jouera pas en une seule journée. Mais c’est la réussite de cette journée qui donnera l’élan nécessaire à ceux qui se posent le problème de poursuivre la grève. Alors lançons-nous dans le combat. Montrons au gouvernement et au grand patronat que nous n’acceptons plus de nous faire marcher dessus.

  • à Lyon, la manifestation partira à 10h30 de la Manufacture des tabacs en direction de Bellecour
  • à Grenoble : manifestation à 10h, Gare SNCF
  • à Clermont-Ferrand, la manifestation partira à 10h de la place du 1er mai.
  • à Saint Etienne, départ 10h devant la bourse du travail
  • à Bourg-en-Bresse, manifestation à 14h30 au Champ de foire

Lyon - Mobilisation des travailleurs sociaux

« On ne veut pas compter les morts »

Brève
29/11/2019

"Collectif hébergement en danger"

     Les travailleurs de l’hébergement d’urgence dans le Rhône ont fait grève et ont manifesté à plus de 300 le jeudi 28 novembre. Ils sont révoltés par les nouvelles consignes du préfet de région. Faute de places pour héberger toutes les personnes qui dorment à  la rue, au lieu de mobiliser l’État pour créer des places suffisantes, il a donné des consignes pour trier les hébergés : ne seront prioritaires que les familles avec des enfants de moins de un an, ou les femmes enceintes de plus de six mois par exemple. Comme s’il était acceptable qu’un enfant de un et demi, une femme enceinte de cinq mois, voire n’importe quel homme et n’importe quelle femme, dorme dans la rue !

     Alors que l’État trouve 1,7  milliard d’euros pour augmenter le budget 2020 de l’armée, il n’y aurait pas d’argent pour que tout le monde ait un toit sur la tête ? Une question de priorité.

 

Chômage

Rien de nouveau

Brève
28/11/2019

Discrètement, Pôle emploi a publié le 27 novembre ses statistiques mensuelles. Fin octobre 2019, dans la Région, comme dans le reste du pays, les chiffres n'ont guère changé.

Le chômage est toujours imposant et massif. On compte toujours plus de 640 000 chômeurs en Région Auvergne Rhône-Alpes, puisque les services publics comme les patrons non seulement n'embauchent pas mais au contraire continuent à supprimer des emplois.

Les objectifs de combat pour tous les travailleurs restent d’imposer l'interdiction des licenciements et d’exiger la répartition du travail entre tous, sans diminution de salaires.