Le Dauphiné Libéré :  RÉGIONALE | Le parti d’extrême gauche refuse l’unité nationale

Article de presse
30/11/2015

Les militants et candidats de Lutte Ouvrière pour les élections régionales ont sillonné les rues de Cluses samedi matin. Photo Le DL/C.S.L.

Lutte ouvrière fait campagne à Cluses

« Il est important d’être sur le terrain pour donner un autre point de vue. » Jean-Paul Macé est tête de liste pour la Haute-Savoie de Lutte ouvrière pour les élections régionales. Il figure en bonne place dans l’équipe de Chantal Gomez qui conduit la liste “Faire entendre le camp des travailleurs”. « Nous dénonçons la barbarie des attentats, poursuit le leader d’extrême gauche. Mais nous ne tombons pas dans l’unité nationale qui va de François Hollande au Front national. Nous n’avons aucune solidarité avec ce gouvernement incapable de lutter contre le terrorisme comme il est incapable de lutter contre le chômage. »

Lutte ouvrière conteste l’application de l’état d’urgence tout comme il s’oppose à « l’effort de guerre » qui aurait multiplié les foyers du terrorisme.

Samedi matin, plusieurs militants du parti ont sillonné les rues de la Sardagne et du centre-ville pour aller à la rencontre des électeurs. « Même si nous sommes minoritaires, un bon nombre de gens est réceptif. Ils voient l’aggravation de la situation. » Mais Jean-Paul Macé ne peut que constater un vote d’extrême droite qui grignote sur celui traditionnel pour les partis d’extrême gauche. « Un certain nombre de travailleurs sont écœurés par la gauche classique et par la droite classique. Ils se tournent vers Le Pen mais ils se tirent une balle dans le pied. »

 

C.S.L.

© Le Dauphiné Libéré (30/11/2015) - Droits de reproduction et de diffusion réservés