Famar – Saint-Genis-Laval (Rhône)

125 suppressions d'emplois

Brève
29/07/2020

Le 4 juillet 2019, manifestation des salariés de Famar contre la menace de fermeture

     En redressement judiciaire depuis plus d'un an, l'usine vient d'être cédée à une entreprise libanaise Benta Pharma qui ne reprend que 115 salariés sur 240. Quant à l'avenir de ceux qui restent dans l'entreprise, il est plus qu'incertain car ils seront pendant un an au chômage technique. Il est à craindre que le repreneur ne reste que le temps de toucher l'argent promis par la Région et par l’État.

     Ces licenciements sont essentiellement dus à la politique des grands groupes pharmaceutiques comme Sanofi, Merck Abbot … donneurs d'ordre de Famar qui se désintéressent de la production de médicaments anciens, essentiels, mais pas assez rentables. Dans le même temps, Macron accordait 200 millions de subventions à Sanofi qui licencie, liquide ses sous-traitants alors qu'il fait des milliards de bénéfices.

     Les lettres de licenciements devraient tomber autour du 15 août, une manière sans doute d'éviter une réaction collective des travailleurs. Mais ce n'est peut être que partie remise à la rentrée.

Les dernières brèves