General Electric - Villeurbanne

Attaques contre des militants syndicaux

Brève
05/08/2019

GE Villeurbanne lors d'une grève en février 2017

     Le plan de réorganisation de GE qui prévoit un millier de suppressions de postes à Belfort, touche aussi d’autres entreprises, dont celle de Villeurbanne. Ainsi la production qui compte environ 120 travailleurs, doit être transférée à Aix-les-Bains. Il y a donc des mutations, des démissions et des licenciements qui seront prévus d’ici août 2020.

     Des petits chefs en mal d’autorité ont profité des vacances pour « remonter les bretelles » de syndicalistes CGT, sous des prétextes futiles. La direction a pris le relais avec entretien individuel suivi d’un avertissement, enquête, justifications à fournir pour l’un d’entre eux… Voudrait-elle décourager les plus combatifs ? A ce petit jeu, elle risque d’en énerver un bon nombre d’autres.

     Début juillet, la majorité des travailleurs de la production  a débrayé pour essayer de se faire entendre lors de la venue de Macron à Safran (usine située à côté de GE) ; puis début août, ils sont allés protester contre l’avertissement donné à l’un d’entre eux. GE pensait peut-être que son plan passerait sans trop de vagues. Eh bien, c’est pas gagné !