Michelin :  Au voleur !

Echo d'entreprise
22/03/2020

Site de La Combaude (Clermont-Ferrand)

Dès lundi, le groupe Michelin avait annoncé la fermeture de ses usines. Mais depuis, c’était silence total sur la façon dont on serait rémunéré.

Finalement, le groupe a annoncé hier ne plus avoir recours au chômage partiel pour l’instant, comme il l’avait dit en début de semaine, et d’imposer aux travailleurs de prendre du 18 au 31 mars – l’équivalent de deux semaines - sur leur 5ème semaine de congés, leur JDR (RTT) et leur CET (Compte Epargne Temps).

Autant de jour de repos que les salariés ne pourront pas prendre quand ils le voudront.

Si la fermeture devait durer en avril, ce serait du chômage partiel payé à 80% au lieu de 70%, la direction dans sa grande générosité rajoutant 10% pour essayer de faire passer la pilule du rabotage actuel des congés payés. Mais ce sera tout de même 10% à 15 % de perte sur le salaire net, sans compter les primes qui sautent aussi. Ce sont encore les travailleurs qui vont y perdre.

Avec un bénéfice record de 1,7 milliard d’euros en 2019, Michelin peut et doit payer l’intégralité des jours de fermetures et ne pas toucher aux congés.