Iveco - Annonay (Ardèche) :  Des préparatifs de reprise scandaleux

Echo d'entreprise
24/03/2020

Une chaîne de montage d'Iveco

     Dans la presse, Iveco a annoncé la fermeture de l'usine d'Annonay jusqu'au 27 mars inclus. C'est un mensonge éhonté. Les ouvriers du nettoyage ont été convoqués dès vendredi 19 mars, ce que certains ont refusé.  À partir de lundi 23, des ouvriers du nettoyage, une minorité d'ouvriers de plusieurs ateliers et les employés des bureaux ont dû se rendre au travail. Des masques fournis étaient sensés tenir toute la journée, ce qui est un autre mensonge. Des délimitations ont été tracées dans les vestiaires ou les sanitaires pour, prétendument, maintenir les ouvriers à distance. Mais les présents sont bien conscients que ces précautions sont bidons. Si l'usine repart, ce sont des centaines d'ouvriers qui se serreront dans les ateliers.

     L'épidémie s'intensifie, les mesures de confinement se durcissent, il n'y a rien d'urgent à sortir des bus... mais Iveco s'en moque. La famille Agnelli, principale actionnaire de Fiat et Iveco, a maintenu l'activité de ses usines italiennes le plus longtemps possible, jouant avec la santé des ouvriers. Ceux-ci ont répondu par la grève et ont forcé Fiat à fermer. Les travailleurs d'Iveco, non plus, n'ont pas à se mettre en danger pour que les Agnelli engraissent un peu plus.