Renault Trucks (Vénissieux – Saint-Priest)

Des suppressions d’emplois scandaleuses

Brève
18/06/2020

Manifestation de salariés de Renault Trucks lors de licenciements en 2015

     Le groupe Volvo vient d’annoncer un plan de 4100 suppressions de postes dans plusieurs pays, dont 463 en France dans sa filiale Renault Trucks, essentiellement à Lyon (Vénissieux et Saint-Priest) et aussi un peu à Bourg-en-Bresse. La direction affirme que ces départs, qui ne concerneraient que des cadres et des Atam, se feraient uniquement au volontariat. Elle veut donc faire signer aux syndicats un accord de Rupture conventionnelle collective.

     Pour justifier ce plan, la direction fait référence au ralentissement de l’activité dû à l’épidémie de Covid. Cette baisse d’activité dans les bureaux, secteurs où sont prévues les suppressions d’emplois, a été d’autant plus accentuée que la direction a mis fin à de nombreux projets. Quel que soit leur poste, les travailleurs n'ont pas à subir les conséquences d'une crise dont ils ne sont en rien responsables.

     Pendant la fermeture due au confinement, Renault Trucks a largement profité du financement du chômage partiel par l’Etat. Les actionnaires de Volvo ont accumulé des milliards d’euros de bénéfices depuis des années. Il faut que cet argent serve à maintenir tous les emplois.

Les dernières brèves