Gibert-Joseph (Clermont-Ferrand)

La crise sanitaire a bon dos

Brève
05/06/2020

Une librairie Joseph Gibert (Wikicommons - ActuaLitté)

Les 14 salariés de la librairie Gibert-Joseph à Clermont-Ferrand, comme la quinzaine d’autres à Aubergenville dans les Yvelines et à Chalon-sur-Saône en Saône et Loire vont perdre leurs emplois, suite à la décision brutale du groupe de fermer ces magasins et à la liquidation judiciaire rapidement prononcé par les tribunaux.

Le groupe Gibert-Joseph, qui se porte bien et compte une trentaine de magasins dans le pays, prétexte la crise du coronavirus pour décider ces fermetures, licencier des salariés qui ont souvent vingt à trente ans d’ancienneté, et les jeter dans la misère, eux et leurs familles. Les actionnaires veulent profiter de la crise pour restructurer et rentabiliser, peu leur importe la vie de ceux qui ont fait leur richesse.

Il faut prendre sur les profits accumulés et imposer la répartition du travail entre tous les salariés, avec maintien du salaire.

Les dernières brèves