Carrefour – Vénissieux (Rhône) :  Le front et les profiteurs

Echo d'entreprise
24/03/2020

Un débrayage en 2018

     Les salariés de l'hypermarché vont à leur travail la peur au ventre. En effet, les mesures de protections sont insuffisantes depuis le début. Jusqu'alors, il n'y avait pas assez de masques, et ceux qui sont maintenant distribués sont périmés. Or la semaine du 16 mars, ils ont été exposés à l'afflux considérable de clients avec très peu de protections. Le PDG de Carrefour, Bompard, se dédouane, dans un courrier adressé au personnel, en prétextant la réquisition par le gouvernement de son stock de masques non-périmés.

     De plus, dès la semaine dernière, il y a eu les premiers cas de salariés suspectés d'être contaminés. Mais la direction n'a pas jugé utile d'avertir et d'isoler les travailleurs qui avaient été en contact avec les contaminés. Alors, lorsque le PDG annonce qu'il va donner une prime de 1000 euros à ceux qui sont en première ligne, comme les travailleurs de la grande distribution, beaucoup se disent que ce n'est pas cher payé, lorsqu'on risque sa vie ! Lui, comme les actionnaires pour qui il travaille, sont plus préoccupés par leur chiffre d'affaires et les bénéfices qu'ils peuvent en retirer que la sécurité des salariés.