Éducation Nationale - Loire

Mal payés et précaires, les Assistants d’éducation en lutte

Brève
03/12/2020

     Dans le cadre d’un mouvement national, mardi 1er décembre, plusieurs dizaines d'Assistants d’éducation (AED) de la Loire, en grève, se sont rassemblés devant la Direction des services départementaux Éducation nationale, à Saint-Étienne.

     « Nous sommes un couteau suisse payé au lance-pierres », « 1 237 euros net pour 41 heures par semaine et aucune prime pour ceux en réseau d’éducation prioritaire », ont déclaré des manifestants, alors qu’ils sont essentiels au bon fonctionnement des établissements scolaires.

     Ils ont dénoncé la précarité et réclamé la garantie de leurs emplois, car leurs contrats se terminent, de toute façon, au bout de 6 ans. Ils sont de plus en sous-effectif. Au lycée Fauriel de Saint-Étienne, qui compte 1600 élèves et un internat ouvert y compris le weekend, les AED ne sont plus que neuf "équivalents temps-plein" contre douze il y a trois ans.

     Les conditions de travail et d'enseignement se dégradent dans les établissements scolaires, la situation des AED en est un exemple frappant.

Les dernières brèves