Iveco - Annonay (Ardèche) :  Pendant l’épidémie, les patrons continuent leurs sales coups

Echo d'entreprise
26/03/2020

     Vendredi 20 mars, Iveco a mis fin au contrat d’intérimaires qui étaient embauchés  jusqu’au 27 mars. La direction n’a même pas pris la peine de les prévenir. Ils l'ont appris avec plusieurs jours de retard. Pour eux c’est la double peine : en plus de la perte du salaire lors du passage au chômage, ils perdent plusieurs journées d'indemnisation à cause du délai pour actualiser leurs droits.

     Même en pleine épidémie, alors que l’on compte les morts, pour Iveco il n’y a que le fric qui compte. Cette entreprise riche à milliards jette les ouvriers comme des Kleenex. Un mépris dont les travailleurs se souviendront, et qui alimente la colère.