Toray Films Europe (Ain)

Une semaine de tergiversation avant la procédure d’arrêt

Brève
21/03/2020

Beaucoup de travailleurs ont demandé l’arrêt de l’usine dès l’annonce du confinement. Ils voulaient un arrêt propre des installations, tant que l'effectif était suffisant, car il faut 5 à 6 jours de procédure avec des travailleurs compétents et formés pour stopper certains ateliers. C’était la meilleure solution pour rester en bonne santé et pouvoir redémarrer après l'épidémie.

Mais la direction a d’abord répondu « l'équilibre financier ne le permet pas ». Traduction : « on continue à faire des affaires. ». Après les premiers cas de fièvre, alors que l’inquiétude et la colère montaient, le patron a tenté de justifier la poursuite des productions par des commandes destinées à l’alimentaire ou l’étiquetage des médicaments. Sauf que ce n’étaient pas ces références-là qui étaient en production, sans parler du stock existant.

Il a fallu un cas de malaise dû au Covid19 dans un atelier pour que l’arrêt soit décidé. Il va donc se faire dans l’urgence et à effectif mini, multipliant les risques. Et ceux qui ont côtoyé toute cette semaine le collègue atteint ne sont pas rassurés.

Voilà comment l’aveuglement du pognon et la recherche de la vente à tout prix ont aggravé la situation à tous les niveaux. Maintenant, il reste à obtenir le maintien total du salaire pendant l’arrêt… et pour tout le monde.

Les dernières brèves