Saint-Jean-de-Maurienne :  Communiqué de Lutte ouvrière

Communiqué
10/05/2019

Samedi 4 mai, des militants de Lutte ouvrière venus diffuser un tract sur les élections européennes se sont vus chasser par la police municipale des abords du marché de Saint-Jean-de-Maurienne et des rues attenantes.

La police et un élu ont invoqué un arrêté interdisant la diffusion de « tracts, flyers, revues, imprimés ou objets de toutes sortes. » Une interdiction étendue d’ailleurs par le maire et vice-président du conseil général de la Savoie, Pierre-Marie Charvoz, aux rues permettant l’accès au marché, c’est à dire à l’ensemble du centre-ville.

Dans son arrêté, la municipalité pousse le culot jusqu’à affirmer qu’une telle diffusion peut être accordée en en faisant la demande préalable... 15 jours avant, ce qui revient à priver quiconque du droit de réagir par tract à un événement ou à un fait d’actualité de la vie politique en dehors de ce cadre !

Ce texte, parfaitement choquant du point de vue du droit à la liberté d’expression,  constitue en outre une entrave caractérisée à l’exercice de la campagne électorale.

Lutte Ouvrière proteste contre de telles pratiques et entend bien continuer à faire entendre le camp des travailleurs dans ces élections. Y compris sur les terres de cet ancien membre de l’UMP, hier soutien de Fillon, aujourd’hui de Macron.