Michelin :  Un « plan stratégique » … pour les actionnaires

Echo d'entreprise
13/04/2021

Une entrée de l‘usine de Cataroux

La direction de Michelin a présenté ce jeudi 8 avril aux milieux financiers son « plan stratégique 2030 ».

Elle a pris des engagements dont la teneur n’est pas la même suivant qu’il s’agisse des salariés ou des « investisseurs ».

Pour les travailleurs, elle vise à supprimer 2 300 emplois. Quant aux embauches qu’elle prétend créer, ce sera soit dans de nouvelles activités, soit en récupérant des activités confiées à la sous-traitance. Donc le travail actuel se fera avec moins de salariés, et des sous-traitants risquent de mettre la clef sous la porte. C’est sur le dos des travailleurs que Michelin compte « gagner 5 % de gain de compétitivité par an ».

Par contre, pour les actionnaires, le groupe promet du sonnant et trébuchant, en annonçant sa volonté de leur distribuer au moins 50% du bénéfice net dès 2022 contre au moins 35% jusqu’à présent.

Crises économique ou sanitaire, les capitalistes se gavent sur le dos des travailleurs.

Michelin :  Osiris, dieu des actionnaires

Echo d'entreprise
09/04/2021

Michelin vient de mettre au point, à l’usine de Blavozy (près du Puy-en-Velay), une nouvelle technologie, baptisée « Osiris », capable de gagner en productivité dans la confection des pneus. A l’heure de la mode écologique, il vante surtout le gain en consommation d’énergie et émission carbone.

Par contre, il est moins prolixe sur la réduction des travailleurs nécessaires à la production de ces pneus. S’il prétend, pour l’instant, qu’aucun licenciement ne sera lié à ce projet, comment ne pas le mettre en relation avec le plan général de 2 300 suppressions de poste annoncé en ce début d’année ?

Cerise sur le gâteau, l’entreprise bénéficie pour ce projet d’une aide de l’Etat de 1,75 millions d’euros, dans le cadre du plan France Relance pour la décarbonation de l’industrie.

Aristote disait : « Le progrès ne vaut que s'il est partagé par tous ». Michelin traduit : « Le progrès ne vaut que s’il est partagé entre les actionnaires ».

Saint-Marcellin (Isère) :  « formez, embauchez, nous sommes épuisé-e-s »

Echo d'entreprise
26/03/2021

Samedi 20 mars, à l’appel de la CGT Santé, les travailleurs hospitaliers de Saint Marcellin, Vinay et Saint Sauveur se sont retrouvés sur le marché pour sensibiliser la population sur leurs conditions de travail et l'inaction du gouvernement.

Sous forme d’hôpital de campagne et avec le slogan « formez, embauchez, nous sommes épuisé-e-s », ils ont pu discuter de la dégradation chronique des services aggravée par la situation épidémique depuis une année. La population se rendant bien compte de l’épuisement du personnel et de la justesse de leurs revendications les a accueillis chaleureusement. Et face aux manques de personnels à tous les niveaux, elle a été invitée à déposer des CV dans les trois établissements. Mais c’est aussi sur les salaires et la réduction du temps de travail à 32h qu'ont porté les discussions.

Le « Ségur de la Santé » est en effet loin d’avoir permis une revalorisation des salaires compensant les conditions de travail éprouvantes (travail de nuit, week-end, horaires décalés).

NTN-SNR Annecy (Haute-Savoie)  :  Le plan de la direction ne passe toujours pas

Echo d'entreprise
24/03/2021

Après le rassemblement réussi de la semaine dernière devant le siège social de l'entreprise, qui faisait suite à la signature d'une pétition par un millier de travailleurs des différents sites annécien, un nouveau rassemblement a eu lieu mardi 23 mars.

Près de 200 travailleurs se sont retrouvés pour redire leur refus du plan de flexibilité de la direction, qui comporte notamment l'obligation d'une dizaine de samedis travaillés par an. Les grévistes ont revoté le principe de combattre ce plan jusqu'à son retrait, satisfaits d'avoir pu montrer leur colère et leur détermination.

Face à cette pression exercée par le noyau militant, et à un mécontentement massif, la direction fait mine de continuer la « négociation » selon son calendrier. Mais elle a toutefois concédé quelques reculs mineurs. Un encouragement pour tous ceux qui se mobilisent et entendent continuer leur combat jusqu'au retrait total du projet.

Saint-Marcellin (Isère) :  Le courant ne passe plus chez Legrand

Echo d'entreprise
22/03/2021

Jeudi 18 mars, les 188 employés de l’entreprise LEGRAND à Saint Marcellin ont été appelés par la CGT à deux heures de débrayages par équipe pour protester contre les propositions de la direction dans le cadre des Négociations Annuelles Obligatoires (NAO). Plus de 80% des ouvriers se sont retrouvés devant la porte pour affirmer que le compte n’y est pas.

La direction propose 0,5 % d’augmentation générale. Les travailleurs ont fait sauter la virgule et demandent 5 %, ainsi qu’une prime exceptionnelle de 400 euros, sans oublier la prime dite Macron 2021. Les actionnaires du groupe Legrand, spécialiste des installations électriques, n’ont, eux, pas subi les effets de la crise : leurs dividendes ont augmenté de 6 % en 2020 ! Les salariés se sentent donc largement grugés, et ils n’oublient pas les congés annuels et les RTT qu’ils ont perdus pendant le confinement.

Un débrayage réussi…et de bonnes raisons de se sentir renforcés et capables de se faire respecter.

Iveco Bus – Annonay :  Le ras-le-bol s’exprime sur les salaires

Echo d'entreprise
16/03/2021

Lors d'une précédente grève

Un mouvement de débrayages pour les salaires a démarré lundi 8 mars à l’usine Iveco Bus d’Annonay. 1500 travailleurs y produisent des bus et des cars. Lors des négociations annuelles obligatoires (NAO) sur les salaires, les dirigeants d’Iveco ont proposé 0,5 % d’augmentation générale, soit à peine 6 € sur les plus bas salaires, ce qui a été pris comme une insulte.

Iveco fait partie du groupe CNHi, propriété du milliardaire Agnelli. En 2020, CNHi a fait 360 millions d'euros de bénéfices et mis de côté 3 milliards supplémentaires en trésorerie. Ces profits ont été obtenus en supprimant des postes et en volant des jours de congés ou de RTT tout en fabriquant autant de bus. De quoi alimenter la colère.

Débrayages et discussions continuent cette semaine. La production, habituellement de 6 véhicules par jour, est tombée à 1 seul. En débrayant, les travailleurs affirment qu'il leur faut plus que des miettes pour vivre même s'ils n'ont pas formulé une revendication précise.

Ewellix (Chambéry, zone de Bissy) :  La grève, c’est bon pour le moral…et le portefeuille

Echo d'entreprise
23/02/2021

Les grévistes d'Ewellix en assemblée générale

Mardi 23 février, une centaine de travailleurs du site chambérien d’Ewellix (ex SKF), où sont produits des roulements se sont mis en grève. Une façon de montrer qu’ils n’acceptaient pas les propositions de la direction faites dans le cadre des négociations salariales (NAO) : un 0,5 % qui faisait suite à un zéro pointé l’an passé suivi d’une quasi disparition des primes d’intéressement et aux pertes de revenus liées au chômage partiel. Pour les grévistes, un rattrapage s’imposait face à un directeur qui ne cache pas son mépris et est connu pour avoir mené à bien la fermeture de plusieurs entreprises.

Après une matinée devant le portail, la production étant à l'arrêt, la direction a finalement lâché un peu plus de 2 %, versés de façon fractionnée et en prenant en compte les augmentations individuelles pour lesquelles elle s’est engagée. Le paiement des heures de grève de l’équipe du matin a été obtenu. Même si pour certains le compte n’y était pas, ce qui a été arraché l’a été par la lutte.

La force collective, la camaraderie qui se sont exprimées compteront pour les combats qui restent à mener.

Michelin :  Loin de freiner, les bénéfices roulent

Echo d'entreprise
16/02/2021

Une entrée de l’usine Cataroux à Clermont-Ferrand

Michelin vient de publier les résultats 2020. S’ils n’atteignent pas les records des années précédentes, le moins que l’on puisse dire est qu’ils se portent bien : 625 millions d’euros ! Cela représente 5 000 euros par salarié de cette multinationale.

Autre preuve de cette bonne santé, les dividendes passent à 2,30 euros par action, soit 15 % d’augmentation. À comparer avec l’annonce faite la semaine dernière concernant les salaires 2021 : 0,5 % d’augmentation générale pour les ouvriers… et 0 % pour beaucoup d’employés, techniciens et cadres.

Et comment justifier l'annonce scandaleuse des dernières 2 300 suppressions de postes ?

Michelin a les moyens de maintenir tous les emplois et d’augmenter les salaires.

Michelin :  Politiciens au service des capitalistes

Echo d'entreprise
13/01/2021

Une entrée de Cataroux à Clermont-Ferrand

Lorsque Bridgestone (entreprise d’origine japonaise) annonçait 900 suppressions d’emplois au mois de septembre, tous les politiciens, de Xavier Bertrand président de la Région Haut-de-France, jusqu’à Bruno Le Maire ministre de l’économie, criaient au patron voyous ou à l’assassinat. Mais ils n’ont empêché aucun licenciement.

Quand Michelin annonce 2 300 suppressions de postes, tous, de Laurent Wauquiez président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, au maire de Clermont-Ferrand, se félicitent d’un patron « bienveillant » à qui on peut faire confiance.

Ces gens-là sont d’autant plus serviles avec les patrons quand ceux-ci sont français ; mais jamais avec les travailleurs, quelle que soit leur nationalité.

Michelin (Clermont-Ferrand) :  Une réaction salutaire

Echo d'entreprise
08/01/2021

Rassemblement devant la Combaude

Dès jeudi matin, une quarantaine de travailleurs de la Combaude, à Clermont-Ferrand, se sont réuni pour aller demander des comptes à la direction de l’usine sur le plan de suppression de postes annoncé la veille.

Ils ont dit leur colère et leur inquiétude pour l'avenir des jeunes qui trouveront encore plus difficilement du travail avec ces suppressions d'emplois.

Ainsi, au service MMS une dizaine d’entre eux doit partir en retraite dans les 3 prochaines années sur un effectif d’environ 80. S’ils ne sont pas remplacé, ce sera encore plus de travail pour ceux qui restent.

Ils ont raison de ne pas accepter l'inacceptable.