Vaulx-en-Velin - Éducation : ce que proposent les candidats :  Chercher l’argent dans les poches du grand patronat

Article de presse
05/03/2020

Thomas Spreux. Photo Progrès /Yannick PONNET

Thomas Spreux (Lutte ouvrière) : « Si la municipalité a consacré une part significative de ses maigres moyens à la construction et la rénovation de quelques écoles, cela reste dérisoire par rapport aux besoins. Je suis professeur des écoles à Vaulx-en-Velin, et je peux témoigner que le manque de locaux nous empêche d’accueillir les élèves dans de bonnes conditions. Combien d’écoles ont dû renoncer à leur bibliothèque pour y installer une classe ? Combien d’enseignants doivent travailler à deux dans la même salle ? Et ce n’est pas mieux dans les collèges et les lycées, gérés par la métropole et par l’État.

Alors puisque les communes, asphyxiées par l’État qui baisse les dotations aux collectivités locales, n’ont pas les moyens de financer les écoles, il faudra se battre nous-mêmes pour aller chercher l’argent là où il se trouve : dans les poches du grand patronat. Rien qu’avec les 87 milliards d’euros de profits encaissés par les entreprises du CAC40, il y aurait de quoi construire en France 29 000 écoles primaires par an ! »

 

Droits de reproduction et de diffusion réservés © Le Progrès

Lire l'article en ligne