Municipales à Annecy :  La liste Lutte Ouvrière veut faire entendre la voix des Travailleurs

Article de presse
14/02/2020

Autour de Naci Yildirim (au centre), la liste Lutte Ouvrière se présente pour la troisième fois aux élections municipales à Annecy. (photo Le Messager)

Jamais deux sans trois. Présente en 2008 et 2014, la liste Lutte Ouvrière le sera de nouveau pour l’élection municipale à Annecy les 15 et 22 mars. C’est Naci Yildirim qui va la conduire.

« Ces deux derniers mois, on était occupé par les manifestations. C’était pas mal prenant », rappelle Jean-Paul Macé. Pour autant, la tête de liste de Lutte Ouvrière (LO) en 2008 et 2014 avait les élections municipales de mars 2020 dans un coin de sa tête. « Ça fait plusieurs mois qu’on savait qu’on allait faire une liste », annonce-t-il.

En revanche, cette fois-ci, Jean-Paul Macé sera le numéro 2 de LO et laisse le leadership à Naci Yildirim. Ce dernier, un Seynodien de 44 ans, représentait déjà le mouvement aux Législatives de 2017, sur la deuxième circonscription. « On ne va pas dire qu’on va arriver à la tête de la mairie, c’est du pipeau de dire qu’on va tout changer, explique Naci Yildirim. Mais on veut défendre les Travailleurs, faire entendre leur voix ».

Pour LO, les municipalités sont aujourd’hui « les vaches à lait » des capitalistes. « L’État est au service de la bourgeoisie. Celui qui détient le pouvoir, c’est le capitalisme, martèle Naci Yildirim. On est dans une période où le capitalisme est en fin de course. Le capitalisme est prêt à nous foutre dans le mur. Il n’arrête pas de s’attaquer aux ouvriers. Il faut que les Travailleurs prennent conscience de notre force ».

Pas assez de logements sociaux

Si les revendications de cette liste annécienne dépassent les frontières de la commune nouvelle, il n’en reste pas moins que LO s’inquiète aussi des problématiques locales. À commencer par le logement.

« Il faut qu’il y ait plus de logements sociaux. Et pourtant, de l’argent, il y en a. Mais il n’y a rien pour les pauvres, fait remarquer la tête de liste LO. Il y a des disparités entre les communes. Il n’y a pas la même proportion de logements sociaux à Annecy-le-Vieux qu’à Cran-Gevrier. C’est aussi une question de choix des municipalités ».

Il cite d’ailleurs un exemple prégnant de la situation. « Sous le pont de la Rocade, il y a des gens qui dorment dans des camionnettes. Et pourtant, ce sont des gens qui ont un travail ! ». Isabelle Cardot, colistière, apporte un autre argument : « Il y a des gens qui viennent travailler ici mais qui repartent car ils ne peuvent pas se loger ».

Gratuité des transports

Les transports font aussi partie des priorités. « Ils devraient être gratuits, il faudrait les développer plus, estime Jean-Paul Macé. Et mettre des parkings de covoiturage gratuit en entrée de ville ».

Il renchérit ensuite : « Ailleurs, on a mis des tramways ou des bus en site propre. Ici, il a fallu attendre les pics de pollution, les embouteillages pour mettre les lignes Rythmo ».

Les conditions de travail des travailleurs sociaux, des employés des collectivités dans les écoles maternelles sont également suivies avec attention par la liste Lutte Ouvrière, constituée de 69 personnes, « militants syndicaux et travailleurs non-syndiqués » et qui entend mettre fin à « une certaine classe qui débat et qui décide ».

Florian Pottiez

© Le Messager (14/02/2020) - Droits de reproduction et de diffusion réservés

Droits de reproduction et de diffusion réservés © © Le Messager