Élections européennes :  Lutte Ouvrière : « On n’attend rien du Parlement européen ! »

Article de presse
23/05/2019

Jean-Pierre Mercier, numéro 2 de la liste d’extrême-gauche, au palais de la Mutualité, à Lyon (3e), ce mercredi soir. Photo Progrès/Sophie MAJOU

Nathalie Arthaud, la tête de liste, annoncée au meeting de Lutte Ouvrière (LO), au palais de la Mutualité à Lyon (3e ) n’était finalement pas présente, retenue sur France 2, ce mercredi soir. « Pour le débat des petits, comme à l’école ! », a ironisé Jean-Pierre Mercier, le numéro 2 chez LO. Les listes créditées d’un faible score débattaient, en effet, entre elles en deuxième partie de soirée.

« L’Europe n’est ni protectrice, ni responsable des fléaux frappant le monde ouvrier »

Dans les sondages, le parti révolutionnaire trotskiste séduit moins de 2 % des électeurs. Pas de quoi envoyer un seul député au Parlement, puisqu’il faudrait atteindre 5 %. Mais c’est loin d’abattre l’ouvrier de chez Peugeot. D’ailleurs, il « n’attend rien du Parlement européen. Ce ne sont pas les élections qui changent le sort des travailleurs, mais les révoltes ouvrières ». L’Europe ? Elle « n’est ni protectrice, ni responsable des fléaux frappant le monde ouvrier », a poursuivi l’orateur devant une salle comble d’environ 500 personnes.

Plus que d’Europe, c’est du monde et d’une internationale ouvrière dont rêve surtout Lutte Ouvrière. Quant au responsable de tous les maux de la société, c’est « le grand capital ». La « grande bourgeoisie », aussi, celle-là même « qui est sortie du bois avec son milliard pour Notre-Dame ». Mesures phares proposées : un salaire minimum de 1 800 € net mensuel, l’interdiction des licenciements et l’obligation d’embaucher les chômeurs. Ceux qui imaginent, enfin, que « le vote pour le Rassemblement national dénonce le système », se fourvoient, a estimé Jean-Pierre Mercier. « Ils défendent l’ordre bourgeois et louchent vers la mangeoire, tout en distillant le poison de la division ! », a-t-il dénoncé.

Lutte Ouvrière revendique 10 000 adhérents dont 300 dans le département du Rhône.

 

 

S. M.

© Le Progrès (23/05/2019) - Droits de reproduction et de diffusion réservés