Elections municipales Lyon :  Lutte Ouvrière présente des candidats dans six arrondissements

Article de presse
13/02/2020

Michel Piot (à droite sur la photo), tête de liste du 8e et Olivier Minoux, qui conduit la liste dans le 7e arrondissement. Photo Progrès /Aline DURET

Lutte Ouvrière sera présente aux élections municipales dans les 1er , 4e , 5e , 7e , 8e et 9e . Les candidats sont enseignant, technicien ou ouvrier et souhaitent, autour d’Olivier Minoux qui conduit la liste aux Municipales, « faire entendre le camp des travailleurs ».

Ce n’est peut-être pas eux qui parleront le plus fort, ni ceux qui dévoileront chaque jour un peu plus de leur programme. Vous ne les entendrez sans doute pas parler de canopée, ni de forêt urbaine ou de vélo électrique. En revanche, ils seront bien présents aux élections municipales en mars prochain. Eux, ce sont les candidats de Lutte Ouvrière dans les six arrondissements de Lyon qu’ils considèrent comme les plus populaires, les 1er , 4e , 5e , 7e , 8e et 9e . « Le parti est petit nous n’avons pas les forces pour aller partout », avancent-ils. Leur message ? Il se trouve dans l’intitulé de leur liste, « Faire entendre le camp des travailleurs ».

« Des élus de combat »

Cette liste est conduite par Olivier Minoux, ouvrier dans la chimie, tête de liste dans le 7e arrondissement. « C’est important, dit-il, que les travailleurs s’organisent. On prend nos affaires en main, c’est l’objectif, et on se préoccupe de ce qui nous concerne, les travailleurs, les salaires, le logement ». Rien de bien local. Ils le savent bien et ils le disent. « Le pouvoir est limité aux Municipales. On a des propositions, mais ce n’est pas en conseil municipal qu’on va résoudre les problèmes vitaux des travailleurs ».

En revanche, les deux candidats voient cet échelon local comme « un point d’appui » pour leurs luttes. « Le fait d’avoir des conseillers municipaux ou un maire, permet de faire connaître nos luttes, ce n’est pas anodin. On veut être des élus de combat qui relaient le combat des travailleurs. C’est cela qu’on veut être » explique Olivier Minoux.

« On casse des logements anciens et on reconstruit »

Il n’empêche. Les candidats qui disent faire campagne « en discutant », « en constituant des listes », en étant sur les marchés , dans les quartiers avec les habitants , entendent les messages de ceux qui parlent d’un quotidien souvent difficile.

Alors au-delà du coût de la vie, Olivier Minoux et Michel Piot, tête de liste dans le 8e arrondissement, évoquent également, la bétonisation, « dans le 7e, on casse des logements anciens et on reconstruit pour ceux qui peuvent acheter », la difficulté de se loger dans une ville « de plus en plus chère » et parlent des appartements qui restent vides.

Sur cette question, ils sont favorables à un audit et à une réquisition. Sur la pollution, ils se verraient bien en lanceur d’alerte. Sur les services publics, ils pointent du doigt « les choses qui pourraient rendre service aux habitants et qui ne se font plus ».

« On est bien là dans un rapport de force », ajoute Michel Piot.

Les têtes de liste LO par arrondissement

1er : Chantal Helly, enseignante ; 4e : Charly Champmartin, enseignant ; 5e : Tristan Teyssier, technicien ; 7e : Olivier Minoux, ouvrier dans la chimie ; 8e : Michel Piot, ouvrier dans la métallurgie ; 9e : Anne-Marie Chambon, enseignante retraitée.

 

Aline DURET

© Le Progrès (13/02/2020) - Droits de reproduction et de diffusion réservés