Échirolles - Fête de Lutte ouvrière :  « Un combat toujours d’actualité »

Article de presse
16/10/2017

Selon Chantal Gomez, Emmanuel Macron est un président « ni meilleur ni pire que ses prédécesseurs » mais qui "ne cache pas son mépris et sa haine de classe vis-à-vis du monde ouvrier" Photo DL

La fête de Lutte ouvrière organisée hier à Échirolles, a drainé plus de 350 personnes de tout le département. Cette édition 2017 était placée sous le signe du centenaire de la Révolution russe : une exposition lui était dédiée, un livre a été présenté, sans oublier le repas russe et le groupe de musique… tzigane-russe. « Cette Révolution russe fait partie de l’histoire du mouvement communiste. Mais nous ne sommes pas dans le passé, nous nous réclamons toujours de cet idéal, c’est un combat toujours d’actualité, la preuve vivante qu’une révolution prolétarienne est possible ! » a lancé Chantal Gomez, porte-parole de Lutte ouvrière.

« Créer un parti face à la politique de nos gouvernements »

« Nos idées communistes révolutionnaires vont permettre de changer cette société qui sombre dans la crise, le chaos, les guerres, le terrorisme », a poursuivi Rémi Adam, autre militant LO. « Il y a nécessité de créer un parti face à la politique de nos gouvernements qui veulent continuer de prendre aux plus démunis pour donner aux riches ! »

Et dimanche, l’actualité a évidemment été largement abordée sous forme d’exposition (sur les migrants), de débat, d’exposé (la vie d’un trader), de vidéo (“l’hôpital malade de la politique d’austérité”). Et Chantal Gomez a vivement dénoncé la politique d’Emmanuel Macron, un président « ni meilleur ni pire que ses prédécesseurs » mais qui « ne cache pas son mépris et sa haine de classe vis-à-vis du monde ouvrier ». « Cela fait 30 ans que tous les politiciens de droite et de gauche nous promettent la fin du tunnel », a-t-elle ajouté, insistant sur la nécessité, pour les travailleurs, de se battre tous ensemble.

F.P.

© Le Dauphiné Libéré - Droits de reproduction et de diffusion réservés