Municipales Vif :  Véronique Duperron représentera les travailleurs

Article de presse
02/03/2020

Véronique Duperron, tête de liste Lutte Ouvrière, souhaite mobiliser les travailleurs à l’occasion des municipales. Photo Le DL /Romain MÉTAIRIE

Militante locale, la tête de liste de “Lutte Ouvrière, faire entendre le camp des travailleurs” entend faire de la commune un terreau de la lutte contre le capitalisme.

Vous vous êtes déjà présentée aux dernières municipales comme colistière à Chambéry. Qu’est-ce qui vous a poussé à devenir tête de liste cette année ?

« Il fallait que Lutte Ouvrière (LO) soit présente dans un maximum de villes. C’est d’ailleurs la première fois qu’on présente une liste LO sur Vif. C’est important d’être là, que les travailleurs aient une liste pour laquelle voter, et ainsi exprimer leur rejet de la politique menée par le patronat et le gouvernement. Mais aussi exprimer leur colère, telle qu’ils l’ont montrée dans la rue ces dernières semaines. »

Pensez-vous que c’est ce que les Vifois attendent de leur prochain maire ?

« Oui, parce que derrière le mot travailleur, ce sont toutes les personnes qui vivent uniquement de leur salaire qui sont concernées. On n’a pas pour ambition de mieux gérer les affaires de la commune. On ne fait aucune promesse électoraliste. On sait que l’État ligote les municipalités, notamment en supprimant tous les services publics de proximité. La trésorerie de Vif risque de fermer par exemple. Ce que l’on veut, c’est aider à organiser les luttes des travailleurs. »

Comment cette vision se mettrait en place dans une commune comme Vif ?

« Nous serions une municipalité de luttes, où Vif serait un terrain d’expérimentation dans un contexte de luttes nationales. Les classes laborieuses de Vif pourraient rentrer dans la mairie, qui leur appartiendrait. On mettrait les besoins matériaux et les aides juridiques à leur disposition de manière à les aider à organiser leurs combats contre les licenciements, les rachats d’entreprises. C’est le cas en ce moment à Vif, où Grindler est sur le point d’être racheté par Keolis, qui remet tout à plat concernant les chauffeurs de bus (primes, ancienneté…). Idem pour les logements : on empêcherait les expulsions locatives, les coupures d’électricité pour factures impayées. On réquisitionnerait les logements vides, et ferait en sorte que les bailleurs entretiennent ceux existants. Certains à Vif sont dans un état déplorable. Il faut résoudre les problèmes vitaux : un emploi, un toit. Mais on ne se montre pas comme des sauveurs. Si les travailleurs ne se mobilisent pas, on ne pourra rien faire. »

Si elle ne souhaite faire « aucune promesse électoraliste », Véronique Duperron milite toutefois pour des transports en commun gratuits sur la commune, payés par les patrons : « Les patrons veulent que les ouvriers viennent travailler, et les gens prennent les transports en commun pour aller bosser. Donc c’est aux patrons de payer, ils ont l’argent pour ! » D’autant que pour la candidate LO, ceux qui desservent Vif seraient dans un état préoccupant. « Il faudrait qu’ils soient plus nombreux et mieux entretenus sur Vif. L’été il fait 40°C, et il n’y a pas de climatisation. C’est une catastrophe pour les voyageurs, et surtout les chauffeurs qui sont toute la journée dans leur car. L’hiver les portes ferment mal. »

Romain METAIRIE

 

Véronique Duperron , 54 ans, est originaire de Bourges (Bourges) et habite à Vif depuis 2013. Divorcée, elle est mère d’un enfant et vit avec son conjoint.

Entrée dans la fonction publique en 1988, elle est actuellement fonctionnaire dans le domaine de l’assainissement. Suite à la grève massive contre la réforme des retraites de 1995, elle a commencé à s’investir dans la politique, en se syndiquant à la CGT puis en devenant militante Lutte Ouvrière.

Elle a notamment été tête de liste sous cette étiquette à la 1re circonscription de Savoie lors des législatives 2017, et colistière à l’occasion des dernières élections municipales à Chambéry (Haute-Savoie) en 2014.

Réunion publique le mardi 3 mars, salle Berriat, place Berriat, le bâtiment à la façade en bois, derrière l’église) à Vif, à partir de 18h30.

Droits de reproduction et de diffusion réservés © Le Dauphiné Libéré

Lire l'article en ligne