Chômage

Il reste massif

Brève
29/07/2021

La baisse du nombre des chômeurs annoncée fin juillet par Pôle emploi est dérisoire, en Auvergne-Rhône-Alpes comme dans le reste du pays. Une baisse d'à peine plus de 1 % pour les demandeurs sans activité et tenus de rechercher un emploi (cat. A) et seulement 0,5 % pour l'ensemble des chômeurs tenus de rechercher un emploi (cat. A, B, C ensemble).

Pour que le chômage diminue, il faudrait embaucher à tour de bras et les secteurs ne manquent pas. Or c'est tout le contraire que font les grandes entreprises qui annoncent les unes après les autres des plans de suppressions d'emplois.

C'est aux travailleurs de forcer ces embauches en exigeant l'interdiction des licenciements et le partage du travail entre tous, sans diminution des salaires.

CHU de Clermont-Ferrand

Mystificateur

Brève
16/07/2021

Lundi, Macron annonce l’obligation de vaccination pour le personnel soignant. Mardi, on apprend que le service de soins psychiatriques du CHU de Clermont-Ferrand destiné aux jeunes victimes de crises suicidaires, dénommé Pass'aje, sera fermé temporairement tout le mois d'août. Ainsi en a décidé la direction, alors que les soignants s'étaient organisés depuis février pour assurer la permanence du service pendant l'été. La direction invoque un manque de médecins dans un autre service, celui de la pédopsychiatrie destiné aux enfants, pour y mettre en renfort le personnel du service Pass'aje.

Montrer du doigt les soignants pour cacher le manque de personnel, voilà comment l’État masque son incurie.

Clermont-Ferrand

Les psychologues en grève et dans la rue

Brève
11/06/2021

Manifestation des psychologues à Clermont-Ferrand, place de Jaude

Jeudi 10 juin, à l'appel des syndicats de salariés de la santé et des organisations professionnelles des psychologues, ils étaient nombreux à manifester dans tout le pays pour dénoncer leurs conditions de travail.

Depuis la crise sanitaire, les psychologues sont en première ligne avec les soignants et les demandes de suivi augmentent. Les publicités gouvernementales mensongères laissent à penser qu'il est simple quand on souffre de se faire aider et de trouver des personnels facilement. Mais il n'y a pas eu d'embauche supplémentaire dans les hôpitaux et les délais pour obtenir un rendez-vous dans un CMP (Centre médical psychologique) vont de quelques mois à plus d'une année.

Cette journée a été l'occasion de se rencontrer et de faire connaître leurs revendications face à l'hypocrisie du gouvernement ; l'occasion de constater que lutter contre la précarité, pour des embauches et des augmentations de salaire concernent tous les soignants et au-delà tous les travailleurs.

AESH

Une situation inacceptable

Brève
31/05/2021

     Les « AESH » sont les « accompagnants d’élèves en situation de handicap ». Ces travailleurs indispensables pour permettre à ces jeunes de suivre une scolarité correcte, sont extrêmement précaires et sous-payés. Ils sont le plus souvent à temps partiel imposé, alors qu’énormément d’enfants n’ont pas l’AESH dont ils auraient besoin. Dans le Puy-de-Dôme, la mesquinerie du rectorat va même jusqu’à payer à 60% le temps partiel de 62 % imposé.

     Au final, malgré les belles déclarations du gouvernement, partout dans le pays, il y a de moins en moins d’accompagnement, et de plus en plus de précarité pour les jeunes. Alors que le chômage sévit, cette situation a de quoi mettre en colère, une colère qui doit alimenter la journée de grève prévue partout ce jeudi 3 juin.

Chômage

Ce n’est pas fatal

Brève
28/05/2021

Pôle emploi vient de publier les chiffres du chômage d'avril. Le nombre de travailleurs sans emploi reste à un niveau toujours très élevé, supérieur officiellement de 6,3 % à celui d'il y a un an. En Auvergne-Rhône-Alpes, il y a autour de 670 000 demandeurs d'emploi.

Ce ne sont pourtant pas les emplois qui manquent mais les embauches, à commencer par les hôpitaux, les écoles, les transports et les services publics ! Les grandes entreprises continuent de supprimer des emplois à tour de bras et le gouvernement complice en fait autant.

Pour ne pas sombrer dans la misère, les travailleurs se doivent d'exiger l'interdiction des licenciements par le partage du travail entre tous, sans diminution des salaires en imposant les embauches.