Plan de lutte contre la pauvreté

De l’esbroufe !

Brève
12/07/2019

Dans le cadre du plan national de prévention et de lutte contre la pauvreté, une subvention de 550 000 euros devrait être versée sur trois ans par l'Etat au Conseil départemental du Puy-de-Dôme.

Pas de quoi changer le sort des 85 000 personnes dites "pauvres" du département. Cela ne fait même pas 6,50 € par personne au bout de trois ans ! Dans le même temps, un milliardaire comme Bernard Arnault par exemple voit sa fortune augmenter de 13,7 millions d’euros chaque heure, soit… trois smic à chaque seconde !...

Finances publiques

Les contes du directeur départemental

Brève
10/07/2019

Suite à la réorganisation qui commence à se mettre en place dans le Puy-de-Dôme et face aux protestations et à l'hostilité qu'elle suscite, le directeur départemental des Finances publiques explique longuement dans le journal La Montagne qu'il n'a "pas l'intention d'abandonner les territoires." Il prétend même que cette réorganisation va permettre aux services financiers d' "aller à la rencontre de nos concitoyens en temps compté, suivant le besoin, au bon moment".

Un vrai conte à dormir debout. Rien que dans le Puy-de-Dôme, ce sont 18 trésoreries qui vont disparaître, remplacées par cinq services de gestion comptable et deux antennes, qui à l'évidence rendront moins de services.

Comme tant d'autres services publics, les Trésoreries sont victimes des restrictions budgétaires. Le gouvernement n'a de milliards que pour l'armée et les subventions aux grandes entreprises.

Services des impôts et des trésoreries

Les agents malmenés, les usagers oubliés

Brève
29/06/2019

Portes clauses pour le centre des finances publiques d'Ambert (Puy-de-Dôme) jeudi matin. Environ quinze agents ont manifesté leur désarroi et leur mécontentement en distribuant des tracts sur le marché et en faisant signer des pétitions.

C'est en consultant la carte figurant sur le site intranet local de la direction qu'ils ont appris par hasard et avec étonnement que le service des impôts des entreprises et le service des impôts des particuliers allaient être supprimés. Quant à la trésorerie, il ne subsisterait qu'une "antenne". Cette fermeture est le résultat du projet de réorganisation des finances publiques qui prévoit le démantèlement des services de proximité d'ici 2022, en supprimant plus de la moitié des trésoreries ; seules quelques unes seraient transformées en "antennes".

En regroupant les services des impôts des particuliers et les services des impôts des entreprises sur les grandes agglomérations, qu'en est-il des agents et de leur vie ? Et les usagers qui habitent dans ces zones rurales, sont-ils encore oubliés et délaissés ? Ces zones ne sont pas desservies régulièrement par les transports, ces usagers ne sont souvent pas mobiles, ni forcément adaptés à l'air du "tout Internet". Faudrait-il encore qu'ils aient un équipement informatique et une connexion internet fiable.....

Parmi les premiers à faire les frais de cette réorganisation au niveau national et surtout dans le Puy de Dôme, les agents du centre des finances publiques d'Ambert ont raison de protester.

Train Paris-Clermont-Ferrand

L'enfer est sur les rails

Brève
28/06/2019

Jeudi 27 juin dernier, les voyageurs du train Paris-Clermont ont vécu un voyage particulièrement éprouvant. Leur train qui devait partir à 17 h 57 pour un trajet de 3 h 17 n'est arrivé qu'à 8 heures du matin en gare de Clermont-Ferrand, soit 14 heures plus tard. Une tentative de suicide a d'abord retardé le départ de plus de deux heures, puis une rupture de caténaire a immobilisé le train en rase campagne à la hauteur de Montargis. Et après plusieurs heures d'attente dans un train sans climatisation et aux toilettes hors d'usage, dans la chaleur de la canicule, les voyageurs n'ont été transbordés dans un autre train qu'à 4 h 30 du matin pour arriver à Clermont-Ferrand 3 heures et demi plus tard.

Selon le représentant de la SNCF, le train de 17 h 57 aurait joué de malchance et un tel retard serait exceptionnel.

La "faute à pas de chance" sur cette ligne est fréquente et s'aggrave depuis 20 ans. Si les usagers de cette ligne connaissent tant d'inconfort, de vétusté et de retards, tout en payant les billets de plus en plus chers, c'est faute d'entretien et d'investissements réguliers par la SNCF qui a volontairement laissé à l'abandon une bonne partie du réseau ferroviaire.

Le chemin du plein emploi passe par les luttes

Brève
28/06/2019

Pôle Emploi vient de publier ses statistiques mensuelles. Fin mai 2019, les travailleurs sans emploi, à temps réduit ou partiel sont toujours aussi nombreux. Dans la Région, ils se montent à environ 640 000, tendance similaire à ce qui se passe dans le reste du pays.

En arrivant il y a deux ans, Macron avait commencé par faciliter les licenciements, sous le prétexte mensonger de faciliter les embauches qui ne se sont pas produites. Un échec évident.

Aujourd'hui, le gouvernement de Macron s'en prend directement aux chômeurs en durcissant les règles pour pouvoir s'inscrire à Pôle Emploi et en renforçant les sanctions administratives. Cela permettra sans doute de faire baisser artificiellement le nombre des inscrits, mais sûrement pas de multiplier les embauches et la baisse du chômage.

Les patrons ne veulent toujours pas embaucher et l'Etat continue à réduire les emplois du secteur public. Ce n'est donc que par leurs luttes que les travailleurs pourront retrouver le chemin du plein emploi, en imposant l'interdiction des licenciements et la répartition du travail entre tous.