Montbéliard

Le septième ciel à la force des mollets.

Brève
16/01/2020

Dans le quartier populaire de la Petite Hollande, à Montbéliard, les habitants d’un immeuble de neuf étages ont fait circuler une pétition à destination de leur bailleur social.

Ils sont excédés par les pannes à répétition de l’ascenseur « neuf » installé à l’automne 2018, la dernière en date de ces pannes datant du 10 décembre ! Depuis plus d’un mois, les locataires doivent se coltiner les escaliers avec les paniers de courses, les poussettes et les bébés… et la pénalité vaut aussi pour les infirmières et auxiliaires de vie venant donner des soins aux personnes âgées, parfois plusieurs fois par jour.

Pour dénoncer ce mépris à leur égard, les locataires menacent de cesser de payer leur loyer. C’est bien la moindre des choses.

Pays de Montbéliard

Toujours plus de locataires pauvres

Brève
15/01/2020

Les organismes de logement social du Pays de Montbéliard, principalement Ideha et Néolia, alertent sur le nombre de loyers impayés.

Chez Néolia, le nombre de locataires qui n’ont plus les moyens de payer leur loyer s’élève à 5500, sur un total de 26500 logements, soit un locataire sur 5. Ideha souligne que le taux d’impayés en 2019 a progressé de 1,4%, « du jamais vu », d’après le directeur. Et non seulement le nombre d’impayés augmente, mais la durée aussi.

Cette société a les records qui la jugent : record de profits pour les actionnaires et les banquiers, record de bas salaires, d’indemnités de chômage, de retraites qui ne permettent pas aux plus démunis de vivre dignement.

Franche-Comté

Toujours nombreux pour le retrait de la réforme des retraites

Brève
10/01/2020

Manifestation le 9 Janvier à Belfort

Jeudi 9 janvier, plusieurs milliers de manifestants ont encore une fois battu le pavé en Franche-Comté.

Dans les cortèges, il y avait les cheminots, les enseignants, les pompiers, les hospitaliers, les territoriaux, les électriciens, et même les avocats... Les travailleurs du privé n’étaient pas en reste.

Que ce soit à Besançon, à Belfort, à Montbéliard, à Vesoul comme à Dole, les cortèges étaient nombreux.

La détermination des manifestants de faire retirer cette « réforme » est toujours intacte.

A l’appel des syndicats des actions et des appels à continuer la grève pour le retrait de la réforme s’organisent pour vendredi, avant la manifestation de samedi.

Besançon

Incendie à Planoise : du désarroi et de la colère

Brève
09/01/2020

Message de soutien au personnel du magasin fermé suite à l'incendie

Dans le quartier Cassin au cœur de Planoise, un incendie criminel a visé la fourrière municipale située sous le centre commercial. Plus de 150 voitures du parking souterrain voisin ont brûlé.

Des habitants ont perdu leur voiture et ne recevront sans doute rien ou pas grand-chose des assurances. De plus, le centre commercial et les petits commerces de sa galerie sont fermés en attente d’une expertise sur les fondations fragilisées.

Le risque d’une fermeture définitive du magasin est bien réel et les habitants sont désemparés. Ils ont manifesté leur soutien au personnel du magasin et s’arrêtent encore devant les portes fermés.

Cet incendie est un pas de plus dans la dégradation du quartier où des dealers occupent le terrain. Quelques jours avant l’incendie, une fusillade a fait 3 blessés. Sur fond de chômage de masse, ces délinquants pourrissent la vie des plus pauvres.

Des candidats aux élections demandent l’armement de la police municipale et des effectifs de policiers plus importants. Mais c’est à la base de cette misère sur laquelle prospèrent dealers et délinquants qu’il faudrait s’attaquer.

Nevers

Jonathan, doit rester ici

Brève
04/01/2020

Jonathan, élève de Terminale S au lycée Alain Colas et originaire de la République démocratique du Congo, est menacé d’expulsion. Il est arrivé en 2016 pour terminer sa scolarité.

Mais le 12 décembre, il a reçu un arrêté lui notifiant l’obligation de quitter le territoire français d’ici la fin janvier 2020.

Mais les camarades de lycée de Jonathan, les parents d’élèves ne veulent pas laisser faire et la riposte s’organise. Une pétition est lancée depuis le 29 décembre, des lettres ont été envoyées à l’académie et au rectorat.

Un rassemblement de soutien est organisé le mercredi 8 janvier à 8h devant le lycée Alain Colas. Soyons-y le plus nombreux possible ! Jonathan doit rester à Nevers !