Reydel Automotive (Rougegoutte)

Même un cerbère ne peut rien sans les travailleurs

Brève
29/02/2016

Chez Reydel à Rougegoutte, la direction annonce 6 millions d’investissements en prévision de nouvelles commandes de PSA.

Le plan prévoit de pouvoir produire toujours plus et plus vite des planches de bord et de panneaux de porte : 350 minutes maximum entre la prise de commande et la livraison sur les sites de Sochaux et Mulhouse. Par contre, des embauches ne sont pas prévues ; le directeur a précisé qu’ « il s’agit surtout de conforter les 400 emplois actuels » (350 en CDI et 70 en intérim)

Cerberus, le fonds d’investissements contrôlant Reydel porte bien son nom. Les actionnaires sont à l’attaque pour conforter leurs profits, avec la sueur et les nerfs des ouvriers, une précarité galopante… Jusqu’à ce que les travailleurs en lutte les arrêtent, et les cerbères deviendront caniches !

Le prix du lait, pas une catastrophe pour tout le monde

Brève
29/02/2016

Si la baisse des cours du lait est une véritable catastrophe pour les agriculteurs, ce n’est pas le cas pour tout le monde.

Pour le groupe Danone, les résultats nets augmentent de 7,4% d'une année sur l'autre, due pour la moitié à cette chute des cours, d’après la direction avec des ventes en progression de 4,4%. Son chiffre d'affaires total atteint 22,4 milliards d'euros.

Ces bons chiffres ont permis d’offrir une place à son conseil d’administration à Clara Gaymard, ex-présidente de General Electric France. Au moins une gagnante.

PSA

Le patronat contre tous les salariés

Brève
26/02/2016

Lundi dernier, des dizaines de techniciens et ingénieurs des services informatiques de PSA Sochaux, Mulhouse et Bessoncourt ont arrêté le travail et défilé dans l’usine de Sochaux. Eux aussi sont menacés d’externalisation, d’être vendus et ce n’est pas fini. ces salariés concernés ont distribué des tracts jeudi 25 Février sur la zone commerciale de Bessoncourt, pour alerter l'opinion publique.

Tavares ne fait pas de distinction, la marche forcée pour le profit n’épargnera personne. Ce projet d’externalisation s’ajoute à d’autres cessions de personnel opérées ces derniers mois. En juillet 2015, la direction avait annoncé le transfert de salariés d’une entité de recherche et développement du site vers le groupe d’ingénierie Segula.

Les patrons font voler en éclat les divisions artificielles entre les ingénieurs, les techniciens et les ouvriers. Les salariés sont l’immense majorité, les actionnaires sont les profiteurs du système et l'intérêt de tous les salariés est d'être unis et d’agir ensemble pour défendre nos intérêts.

Prime de 2 000 euros chez PSA

On est très très loin du compte

Brève
24/02/2016

Carlos Tavares, le PDG de PSA, a annoncé à grands renforts de publicité, le mercredi 24 février, les très bons résultats de PSA Peugeot Citroen pour 2015, 1,2 milliard d’euros. C'est un résultat multiplié par trois par rapport à l’année précédente. Ce résultat s’est fait sur la peau des travailleurs : 17 000 emplois supprimés, les suppressions d’emplois qui continuent, les salaires bloqués, une augmentation des cadences, des heures supplémentaires non payées etc...

Du coup, une prime d’intéressement de 2 000 euros en moyenne sera versée à chaque salarié. Une prime en trompe l'oeil car ces 2 000 euros incluent une prime de 450 euros déjà promise. Surtout c'est loin de compenser le blocage des salaires, c'est à dire leur baisse, depuis 4 ans maintenant.

C'est une véritable augmentation des salaires qui est nécessaire et légitime pour les travailleurs de PSA qui produisent toutes les richesses du groupe.

Besançon

Derichebourg propreté : la solidarité a payé

Brève
23/02/2016

Vendredi 19 février, le militant CGT menacé de licenciement par la direction de « Derichebourg propreté », un grand groupe qui s’est enrichi dans le recyclage des métaux et le nettoyage industriel, a été réintégré au sein de l’entreprise. Il a repris le travail le lundi 22 Février. La direction a donc reculé.

Après plus d’un mois de mise à pied à titre conservatoire et de procédure de licenciement pour faute, c’est un soulagement pour ce militant. Les mobilisations devant le siège de l’entreprise de Nancy et d’Etupes, et la solidarité manifestée par de nombreux militants, a fait reculer la direction.