Montbéliard

Un film à ne pas manquer.

Brève
11/01/2016

Dimanche 17 janvier, à 18h, le cinéma le Colisée à Montbéliard projettera le film « Comme des lions » de Françoise Davisse.

Ce film retrace les quatre mois de lutte de plusieurs centaines d’ouvriers de PSA Aulnay. Ils ont réagi à l’annonce, après des mois de mensonges et de dénégations de la direction, de la fermeture de leur usine.

Ces ouvriers n’ont certes pas pu empêcher la fermeture, il aurait fallu pour cela une lutte de plus grande ampleur. Mais ils ont relevé la tête et peuvent en être fiers.

Le film sera suivi d’un débat en présence de militants ouvriers qui ont participé à cette lutte

Plancher-Bas (Haute-Saône)

Licenciements chez Chapuis

Brève
08/01/2016

L'entreprise Chapuis, située à Plancher-Bas en Haute-Saône va licencier 23 personnes sur les 68 que compte son effectif. Vingt à la production et trois administratifs.

Cette entreprise est un fournisseur des grandes surfaces de bricolage et la raison avancée est la perte d’un gros client, Leroy-Merlin.

Quelque soient les raisons invoquées, ce sont toujours les travailleurs qui paient par la perte de leurs emplois et qui vont rejoindre le flot grandissant de chômeurs.

C’est une catastrophe pour les intéressés, pour la commune et pour toute la société. Il est plus que temps d’interdire les licenciements et de partager le travail entre tous, sans perte de salaire.

Territoire de Belfort

Chauffeurs de bus TRF : Ras l’bol de se faire rouler

Brève
08/01/2016

Vendredi matin 9 janvier, il n’y a pas eu de bus de transport scolaire et public sur les lignes du département sous-traitées à la société TRF, un mouvement qui a commencé la veille.

En effet, pour les chauffeurs de TRF, la coupe était pleine : les salaires versés en retard, partiellement, des heures supplémentaires pas payées ; pas de fiche de paie depuis des mois ; et le 13ème mois qui n’est pas arrivé. Ils sont aussi excédés des conditions de travail et de sécurité lamentables, les bus qui ne sont pas entretenus.

Soutenus par la CGT, les salariés de TRF ne veulent plus se faire lanterner par leur patron voyou, ni non plus par le Syndicat Mixte des Transports en Commun, le donneur d’ordre qui dépend des collectivités locales. Le SMTC a commencé par fustiger l’arrêt de travail, prétendument illégal, des chauffeurs.

Sauf que c’est seulement grâce à leur action collective que ceux-ci ont obtenu des promesses de régularisation prochaine de leurs salaires. Et ils sont prêts à remettre ça si elles n’étaient pas tenues !

Vesoul

La police contre une manifestation des gens du voyage

Brève
06/01/2016

Mercredi 6 Janvier, à Vesoul, des gens du voyage ont protesté contre la hausse importante des tarifs des loyers d’une aire prévue pour leur stationnement et pour que cette aire soit mise aux normes sanitaires.

N’obtenant pas de réponse de la communauté de communes à qui ils avaient demandé une audience pour présenter leurs revendications, ils ont dressé un barrage sur une route et manifesté leur mécontement..

La seule réponse qu’ils ont obtenu, c’est l’envoi de la police pour les déloger. Pourtant cette aire ne respectait pas la législation qui oblige les communes à offrir un emplacement aux gens du voyage dans des conditions salubres. Mais ni la police, ni la justice ne s'occupe de faire respecter cette loi.

PSA Sochaux

Un « Job dating » qui cache bien mal la précarité

Brève
05/01/2016

Peugeot organisait mardi 5 janvier un « job dating », comprenez un marché de l’embauche d’intérimaires. Pour satisfaire ses futurs besoins en main d’œuvre, les travailleurs en recherche d’emploi étaient invités dans un gymnase pour y être sélectionné.

Dès l’ouverture plus d’une centaine de femmes, d’hommes, jeunes et vieux, faisaient la queue sur 50 mètres avant de passer devant les employés de quatre agences d’intérim qui faisaient le tri. Pas de sièges, pas une boisson, des conditions d’accueil minimum. Beaucoup de postulants étaient déjà passés sur les chaines de montage ou avaient écumé toutes les entreprises de la région.

Ce « job dating » tout à l’avantage du patronat montre bien ce qu’est le fléau de la précarité.