PSA Sochaux

Un « Job dating » qui cache bien mal la précarité

Brève
05/01/2016

Peugeot organisait mardi 5 janvier un « job dating », comprenez un marché de l’embauche d’intérimaires. Pour satisfaire ses futurs besoins en main d’œuvre, les travailleurs en recherche d’emploi étaient invités dans un gymnase pour y être sélectionné.

Dès l’ouverture plus d’une centaine de femmes, d’hommes, jeunes et vieux, faisaient la queue sur 50 mètres avant de passer devant les employés de quatre agences d’intérim qui faisaient le tri. Pas de sièges, pas une boisson, des conditions d’accueil minimum. Beaucoup de postulants étaient déjà passés sur les chaines de montage ou avaient écumé toutes les entreprises de la région.

Ce « job dating » tout à l’avantage du patronat montre bien ce qu’est le fléau de la précarité.

Hôpital Nord Franche-Comté

Un hôpital à l'artère bouchée

Brève
04/01/2016

Après le déménagement du pôle logistique cette année, le chantier de l’Hôpital du nord Franche-Comté à Trévenans (Territoire de Belfort) devrait s'achever en juin. Le futur hôpital doit ouvrir ses portes fin novembre.

Mais il ya un problème d’accès et de mise aux normes de la bretelle autoroutière qui dessert la gare TGV et l'hôpital médian. Elle est de plus en plus encombrée, entre les trafics routiers en provenance de la Haute-Saône d'une part, de la Suisse et du sud du Territoire d'autre part. Des travaux ont été envisagés depuis plusieurs années, mais leur réalisation a été retardée parce que les sociétés autoroutières n’étaient pas d’accord sur la participation financière de l’État dans ces travaux.

Un accord tardif a repoussé ce chantier, programmé entre 2016 et 2018 par APRR (Autoroutes Paris-Rhin-Rhone). Pendant ce temps, l’hôpital va s’ouvrir avec un accès embouteillé. Tout cela parce que les sociétés privées qui gèrent l’autoroute ne veulent pas  avoir à payer son entretien, quitte à gêner les malades et la population se rendant à l’hôpital.

Longuet

« Des poils dans la main » qui ne passent pas

Brève
03/01/2016

L’Est républicain du 26 décembre publie un courrier de Paul, un chômeur de Montbéliard, scandalisé par les déclarations de Longuet sur les chômeurs « qui ont des poils dans la main ».

Evoquant sa carrière chez Peugeot Outillage Électrique, la défunte filiale du groupe PSA, il écrit à l’ancien président de la région Lorraine : « J’ai perdu mon emploi et ma santé dans cette affaire, victime d'un premier infarctus. Tous les spécialistes, les fins analystes, les politiciens avertis parlent d'améliorer la compétitivité des entreprises. Or, une boîte qui baisse ses prix de revient embauche le moins de personnel et le plus de robots possible. » 

Paul a ensuite accepté un travail en fonderie. « Sorti de mon labo d'essai, je ne vous explique pas mon arrivée dans le bruit, la poussière et la chaleur. » Sept ans se sont ainsi écoulés en intérim. Nouvel infarctus, « alors que j'étais suivi par un cardiologue, que je ne fumais plus, ne buvais plus et mangeais sans graisse animale. Deux de mes collègues sont morts avant la retraite. Vous parlez de travailler plus longtemps, mais pour cela faudrait-il encore avoir du boulot ! Ne me dites pas qu'il y a cinq millions de fainéants en France ! Je ne sais pas si vous comprenez bien, mais je prends vos remèdes au chômage comme une insulte... » 

Longuet a répondu qu’il avait travaillé en moyenne 70 heures par semaine ces 40 dernières années. Comme si un « travail » de sénateur se comparait à celui d’un ouvrier de fonderie ! Et il se vante d’avoir contribué à créer en Lorraine « plusieurs milliers d’emplois privés ». Mais alors pourquoi diable le chômage bat-il tous les records ? Pour répondre, Longuet doit avoir un poil sur la langue...

 

 

ARS

Les gardes de médecin de nuit supprimées

Brève
29/12/2015

L’Agence Régionale de Santé du Doubs a supprimé, depuis le 2 novembre dernier, la permanence des soins assurée par les médecins libéraux, de minuit à huit heures du matin, dans certains secteurs.

Comme le dénoncent les médecins, cette suppression remet en cause le suivi et la qualité des soins, notamment en milieu rural, sur l’autel des économies.

Une mesure de plus qui va accroître l’engorgement des services d’urgence… à moins d’interdire aux patients de tomber malades la nuit !

General Electric

Le père Noel est passé pour les actionnaires.

Brève
23/12/2015

General Electric vient d’annoncer ses prévisions économiques pour 2016. GE prévoit  de distribuer environ 26 milliards de dollars à ses actionnaires l'an prochain via le versement de dividendes et des programmes de rachats d'actions.

Les actionnaires s’engraissent du travail des travailleurs et leur font payer les conséquences de leurs décisions par des suppressions d’emplois et une aggravation des conditions de travail. C’est ça le capitalisme !