Visite de Nunez à Besançon

La nasse et les habitants solidaires

Brève
08/02/2020

Les manifestants encerclés derrière le bureau de poste de l'avenue de l'Ile de France

La semaine dernière, Laurent Nunez, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Intérieur, est venu en visite officielle à Besançon dans le quartier de Planoise. Il venait suite aux coups de feu et à l'incendie de la fourrière municipale liés aux trafics de drogue. 

Une trentaine de manifestants était rassemblée pour dénoncer les violences policières qui se multiplient depuis la mobilisation des gilets jaunes et que ce secrétaire d'Etat et son ministre viennent à nouveau de couvrir et nier officiellement. Les CRS très nombreux ont encerclé le groupe de manifestants et ont refermé la "nasse" autour d'eux dans la galerie du centre commercial jusqu'au départ du secrétaire d'Etat. Des habitants du quartier empêchés de se déplacer et témoins de la scène sont venus apporter de la nourriture et des boissons aux manifestants encerclés. 

Si bien des habitants attendent une présence policière régulière face aux bandes de dealers, ils n'acceptent pas pour autant le mépris et la force gratuite contre une partie des leurs. La solidarité, elle est aussi là. 

Besançon

Une manifestation réussie

Brève
24/01/2020

Près de 3000 personnes à la manifestation vendredi 24 au matin. Près du double de celle de la semaine dernière.

Pour la première fois, il y avait la présence notable de lycéens et d’étudiants. L’éducation nationale était fortement représentée, notamment ceux des écoles, en grève à 40 % dans le Doubs. Depuis une semaine, 4 lycées ont été bloqués par des enseignants contre la réforme des retraites mais aussi contre la mise en place du nouveau baccalauréat.

Les manifestants étaient contents de se retrouver aussi nombreux et déterminés. Ils se sont donnés rendez vous pour la semaine prochaine.

Décidément le gouvernement n’en a pas fini avec les manifestations.

Besançon

Des vœux bien animés

Brève
23/01/2020

En attendant la présidente

Jeudi matin, la présidente de région, M.G. Dufay présentait ses vœux au personnel, à Micropolis à Besançon.

À l’appel de l’intersyndicale plusieurs dizaines de manifestants se sont invités et ont accueilli les participants par des slogans contre la reforme de la retraite.

Les représentants syndicaux ont pu interpeller la présidente sur des problèmes spécifiques à la région et sur la réforme des retarites. La présidente visiblement furieuse, a rappelé que les manifestants n’avaient pas été invités et qu’ils devaient quitter la salle.

Après avoir pu s’exprimer et profiter du buffet, les manifestants sont partis, laissant entrer eux une petite minorité des mille employés de la région, dont beaucoup de responsables de services, participer à l’animation officielle.

Besançon

Des lycéens bloquent le Lycée Ledoux

Brève
23/01/2020

devant le lycée Ledoux

Jeudi 23, des centaines de lycéens ont bloqué l’entrée du lycée Ledoux.

Ils s’étaient donné le mot la veille, via le réseau des élèves du lycée. Ils veulent protester contre la mise en place des épreuves du bac en première, et plus généralement dénoncer cette réforme.

Ils ont pu lire une lettre adressée au proviseur sur leurs problèmes et leurs inquiétudes.

Une première mobilisation réussie et qui en appelle d’autres.

Besançon

« Pas de radio, pas d’hosto ! »

Brève
22/01/2020

rassemblement devant le CHU

Mardi 21 janvier, dans le cadre d’une journée nationale, les manipulateurs radio du CHU de Besançon étaient en grève. Ils revendiquent une revalorisation des grilles salariales, la reconnaissance de la pénibilité et l’exposition aux risques inhérents à leur profession (rayonnements ionisants, radioactivité, champs magnétique, brancardage, etc.).

Ils dénoncent leurs conditions de travail qui s’aggravent, la complexité de leur métier, et une non reconnaissance de leur qualification : un manipulateur débutant est payé 1400 € pour terminer en fin de carrière à 2300 €. Et le fait qu’ils n’aient pas droit à la prime Buzyn a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. C’est donc organisés et déterminés qu’ils se sont rassemblés sur le parvis du CHU le matin pour distribuer des tracts aux patients et aux visiteurs, renforcés par la présence des collègues de Vesoul et de Lons Le Saunier avant de se retrouver à 14 h devant les locaux de l’ARS (Agence Régionale de Santé) pour se faire entendre, rejoints par les manipulateurs de l’hôpital de Trévenans.

Une journée qui en appelle une autre, notamment le vendredi 24 pour la manifestation à Besançon.