Augmentations tous azimuts et en conséquence, diminution du pouvoir d’achat

Brève
25/03/2021

La situation économique se dégrade, en particulier dans les quartiers populaires. Ici, un témoignage sur le coût des produits de première nécessité :
« J’habite à Dole et, depuis janvier, j’ai constaté une augmentation des prix surtout alimentaires.
Quelques exemples : une barquette de taboulé de 1 kg est passée de 1,80 € à 2 €, le gâteau de riz est passé de 1,23 € à 1,75 €.
Pour les fruits et légumes : le kilo de tomates est passé de 1,19 € à 1,49 €, l’avocat : de 1 € à 1,20 € ; le kilo de mandarines de 1,99 € à 3,50 €.
La barquette de poisson surgelé a grimpé de 1,98 € à 2,10 € ; la boite de café/chicorée au lait de 400 g de 2,80 € à 3,50 € ; le sac en polyester pour mettre ses courses de 1 € à 1,35 €.
Auparavant, un chariot de courses me coûtait 60 à 65 € ; depuis décembre, avec les mêmes produits, il me revient à 70/75 €.
Il y a d’autres augmentations. Le journal local a pris 10 centimes ; la visite de mon médecin à domicile est passée de 30 à 45 €.
Et cerise sur le gâteau : le loyer, l’électricité et le gaz. Mon loyer a augmenté de 20 € mais l’APL que je touche n’a été augmenté que de 3 €. Le pire, c’est l’électricité et le gaz pour le chauffage qui ont augmenté de 60 €. »

Les dernières brèves