General Electric

Capitalistes licencieurs, politiciens complices

Brève
07/12/2020

Débrayage à Villeurbanne (près de Lyon)

General Electric (GE) n'en finit pas de restructurer pour gagner toujours plus de « compétitivité » donc de profit.

En septembre, le groupe annonçait 1 225 suppressions d'emplois en Europe. En Belgique, il veut fermer un site, avec 100 licenciements à la clé, tout comme en Suisse, avec plus de 500 licenciements.

À Belfort, il y a eu trois plans de licenciements en moins d'un an. Cette fois c’est dans le secteur Steam Power où est prévu un plan de 240 licenciements. Les pleureuses politiques font semblant d’être surpris malgré la répétition des mauvais coups de General Electric.

La seule chose qu’ils ont à dire, c’est de prévoir de nouvelles subventions et de s’adresser aux complices de ce hold-up, l’Etat et les ministres.

Mais il y a aussi des réactions : à Villeurbanne et Saint-Priest, les travailleurs qui produisent des disjoncteurs haute tension sont en grève reconductible depuis le 23 novembre.

En rachetant la partie énergie d'Alstom en 2015, GE avait promis de créer 1 000 emplois en France. On voit ce que valent ces promesses de capitalistes.

Il faut dire que l'actuel directeur général de General Electric France, Hugh Bailey, a été à bonne école : auparavant, il a été conseiller de Macron, alors ministre de l'Économie de Hollande.

Les dernières brèves