General Electric (Belfort et Bourogne)

Coronavirus : des travailleurs de General Electric refusent de risquer leur santé

Brève
17/03/2020

Affiche mise par les travailleurs de GE dans les ateliers

Plusieurs centaines de travailleurs de General Electric à Belfort et à Bourogne ont refusé de continuer à travailler à l’usine, alors que les mesures de confinement étaient annoncées pour toute la population.

Ils ont exercé leur droit de retrait ce mardi 17 mars au matin. En pleine épidémie de coronavirus, les salariés estiment à juste titre qu'ils ne sont pas en sécurité dans l'entreprise : aucune distribution de masques, ni de gel hydro alcoolique n'est disponible.

Alors que le confinement est décidé pour tout le monde il n'est pas envisagé de fermer l’usine. Le pire, c’est la raison avancée officiellement par le patron : « General Electric fait partie du secteur de l’Energie, secteur vital à beaucoup de pays »

Peu convaincus par ces arguments, les travailleurs des ateliers de GE turbine à gaz, ont arrêté le travail dans les ateliers de Bourogne et Belfort après avoir exercé leur droit de retrait en mettant en avant le « danger grave et imminent » de la situation.

En fin de matinée, finalement, la direction a décidé que tout le monde pouvait rentrer à la maison, payés en RTT pour l’instant.

Jeudi une décision doit être prise quant à une mesure de chômage technique éventuelle. Mais dans ce cas, il serait normal que les salaires, primes comprises soient maintenus intégralement.

Les dernières brèves