General Electric (Belfort)

Des suppressions d’emplois et des bénéfices

Brève
02/02/2019

Il y a quelques mois, General Electric annonçait ne pas pouvoir tenir son engagement de créer 1 000 emplois nets en France. Il y a quelques jours, c’était l’annonce de 470 suppressions d’emplois en France, dont près de 200 à Belfort. D’après la presse et les politiciens, la situation de GE était, parait-il, critique.

Et puis, General Electric a publié ses résultats du 4eme trimestre 2018 : finalement, GE a réalisé un bénéfice de 666 millions de dollars (580 millions d'euros). Le chiffre d'affaires est ressorti en hausse de 5% à 33,3 milliards de dollars. Le tout après avoir payé une amende à l’Etat américain de 1,5 milliards de dollars parce qu’une de ses filiales a spéculée sur des subprimes en 2008 (la justice n’est pas vraiment des plus rapides)

L’action GE a bondit à Wall Street de plus de 10 % et les actionnaires se réjouissent car ils se partageront à nouveau des dividendes. Les salariés de GE, comme tous les travailleurs, n'ont aucune raison d'accepter que leurs emplois soient transformés en profits supplémentaires pour les actionnaires. Il serait normal d'interdire toute suppression d'emploi quand il y a près de 6 millions de chômeurs.