Besançon

La grève continue chez Stanley Black et Decker

Brève
22/06/2021

Les grévistes en assemblée générale rue Auguste Jouchoux

Chez Stanley Black et Decker qui fabrique des pinces, 80 travailleurs sur 120 sont en grève depuis plus de deux semaines. Stanley Tools, l’autre société présente sur le site de la rue Jouchoux, travaille normalement.

Au gré des rachats et fermetures d’usines, les patrons de Stanley, géant de l’outillage à main, ont divisé les travailleurs en plusieurs entreprises, avec des primes calculées de manière différente. La prime d’intéressement varie du simple à plus du double entre les deux sociétés présentes sur le site à Besançon. Les grévistes refusent cette différence et veulent une prime d’intéressement sécurisée. Ils ont déjà subi la fermeture de l’usine de Laissey et voudraient des conditions salariales proches de la société Stanley Tools.

La semaine dernière, les grévistes ont envahi une réunion de la direction. Ils ont eu la visite de la police qui trouvait qu'ils tapaient trop forts sur des bidons ! Le patron a accordé une amélioration du calcul de la prime d'intéressement, mais les grévistes l'ont repoussé car elle est calculé sur l'année 2020, une année de référence peu représentative de l'activité. A ce jour, le patron s’abrite derrière la direction du groupe aux Etats-Unis pour ne rien décider de plus. Les grévistes refusent le chantage contre cette grève qui "compromettrait de nouveaux investissements" et ils savent qu'ils doivent tenir face à une entreprise géante qui a largement les moyens d'accepter leurs demandes. Ils ont reconduit la grève et ont manifesté sur la zone industrielle de Trépillot ce jeudi matin. 

Les dernières brèves