Besançon

Le médico social en colère

Brève
01/06/2022

Ce mardi 31 mai, les salariés du social et du médico-social se sont à nouveau mobilisés à pour leurs salaires et leurs conditions de travail.

Après un an de journées de mobilisation, à ce jour, les annonces d'augmentation ne restent qu'à l'état de promesses creuses qui ne permettent pas de remplir le frigo, que ce soit les 100 euros nets mensuels promis par le Conseil Départemental ou les 183 euros promis par Castex en début d'année. Une proposition patronale est bien en cours d'agrément pour les 183 euros, mais il ne s'agirait que d'une prime et non d'une hausse de salaire, et surtout un tiers des salariés du secteur en seraient exclus, comme notamment le personnel ouvrier, administratif, comptable ou les assistantes familiales.

Nous étions plus de 200 à manifester ce mardi dans les rues de Besançon, avec une forte mobilisation du service AEMO de Besançon, d'Etapes à Dole ou de l'UDAF. Dans d'autres établissements de la région, les salariés ont massivement débrayé comme à l'ITEP de Montbéliard où tout le personnel de l'internat et de l'école ont cessé le travail. Une pétition réclamant une hausse des salaires de 300 euros nets mensuels (intégrant le versement immédiat des 183 euros mensuels du Ségur) à tout le personnel, le maintien de tous nos droits garantis par les conventions collectives et l'amélioration de nos conditions de travail a été signée par 1251 salariés.

Quel que soit le résultat des législatives, les travailleuses et travailleurs du secteur social et médico-social devront continuer à lutter pour obtenir satisfaction.

Les dernières brèves