Besançon

Plan « jeune » du gouvernement : des subventions au patronat, le chomage pour les jeunes

Brève
24/07/2020

Le pôle formation de l'UIMM largement aidé par la Région

Derrière Jean Castex, le nouveau Premier ministre, une brochette de ministres ont fait le déplacement à Besançon et Pontarlier pour annoncer le plan « un jeune, une solution » du gouvernement. Dans le cadre de son "plan de relance de l'économie", il offre une rallonge de 6,5 milliards d’euros en plus des 3,5 milliards alloués chaque année à l’emploi et à la formation des 16-25 ans. Ce sont le centre de formation des apprentis de Franche-Comté sud et les entreprises habituées aux subventions de toutes sortes comme aux caméras de télévision qui ont accueillies la visite ministérielle.

Ce plan ressemble beaucoup aux précédents : 4000 € offerts au patron qui prendra un jeune pendant trois mois (sans obligation d'embauche), retour des contrats aidés dans le public et dans le privé et des contrats de "service civique" pour les associations.

Les jeunes qui passent par le CFAI de Franche-Comté reçoivent  une formation qui leur permet souvent de trouver un travail qualifié. Mais pour les entreprises, c’est un moyen d’obtenir le personnel dont elles ont besoin, y compris pour les ingénieurs, en participant de moins en moins au coût de ces formations. En effet, la Région Bourgogne-Franche-Comté est de longue date la Région française qui finance le plus l’apprentissage. Et ce sont les sous-traitants comme Cryla ou Bourgeois découpage à Besançon, et les plus grands groupes industriels qui reçoivent la plus grande part de ces travailleurs formés gracieusement, dont Schrader, entreprise ultra rentable, est un bel exemple.

Et au-delà de la minorité qui passe par le CFAI, les nouvelles aides gouvernementales risquent bien d'être un effet d'aubaine pour les entreprises qui toucheront la prime sans être obligées d'embaucher définitivement ces jeunes.  

 

 

 

Les dernières brèves