Sénateur et député au service de PSA

Brève
12/01/2018

Martial Bourquin, sénateur socialiste du Doubs, se répand dans les colonnes de l’Est Républicain pour dénoncer l’utilisation par PSA du dispositif de rupture conventionnel collective (RCC) des ordonnances Macron. Il feint, en bon politicien rompu aux volte-face, de découvrir que les salariés sont des « cobayes ».

De leur côté, ses anciens camarades du parti socialiste, les députés Denis Sommer et Fréderic Barbier qui ont enfourché le cheval Macron, ne tarissent pas d’éloges envers PSA, tel Denis Sommer qui « se réjouis de l’engagement de l’entreprise d’engager plus de 1300 recrutements en CDI à l’échelle du groupe, dont 400 en production » quand le constructeur prévoit d’en supprimer 2 200 dont 1 300 avec le nouveau dispositif de l’ordonnance Macron.

Les uns comme les autres ne sont que des girouettes qui tournent au gré des vents avec une constance : servir les intérêts du patronat.