philips (Nevers)

Les travailleurs ne se laissent pas faire

Brève
15/12/2011

Jeudi 7 et vendredi 8 décembre, les ouvrières et ouvriers de Philips sont de nouveau partis en grève. Ce n'est pas la première fois, depuis que la direction générale a annoncé son intention de fermer le site et de chercher un repreneur.

En fin de semaine, il y avait négociation au siège, à Suresnes. Les travailleurs voulaient faire savoir ce qui leur tient particulièrement à cœur : faire augmenter le montant de la "prime de transfert" que Philips est prêt à payer lors de la vente de son usine - normalement à la fin de l'année.

Ils pensent, à juste titre, que Philips préparait son mauvais coup depuis longtemps, d'autant que, pendant près de deux ans, il proposait des "départs volontaires" avec prime à la clé pouvant approcher les 50.000 € après toute une vie d'exploitation.

Pour les ouvriers, Philips peut payer et doit payer. Jeudi soir, la direction proposait une aumône de 300 € de plus pour les plus anciens ! Du coup, les portes pour les camions de livraison ont été bloquées.

Et vendredi, la direction annonçait qu'elle était prête à ajouter 40 % sur la prime de transfert : pour les derniers embauchés par exemple, elle passe de 7.000 € à 12.700 €. Même si des ouvrières en grève souhaitaient davantage, c'est une réussite après deux jours de grève.

Cosne-sur-Loire (Nièvre)

Un exemple édifiant d’un rapprochement hôpital/clinique

Brève
12/12/2011

Vendredi 9 décembre, les gendarmes sont intervenus à la demande de la directrice de l'hôpital de Cosne-sur-Loire pour faire évacuer les manifestants qui bloquaient l'entrée de l'hôpital. Ils s'opposaient au déménagement de l'hôpital sur le site de la clinique appelé « Pôle Santé ».

En 2009, le groupe Kapa a acquis la clinique pour une somme dérisoire (250 000 euros). Depuis, il a fait financer les travaux de mise aux normes par l'ARS (Agence Régionale de Santé) et les travaux d'aménagement par l'hôpital public.

Mais en novembre 2011, alors que le déménagement doit avoir lieu, le personnel de l'hôpital s'aperçoit de nombreuses malfaçons : murs sales, plafonds crevés, câbles pendants, carreaux cassés, revêtements muraux décollés, etc...Dans ces conditions, il n'était pas pensable de transférer les patients de l'hôpital. Mais l'ARS considère que les travaux réalisés « permettent l'installation des services de l'hôpital dans les conditions sanitaires respectant la réglementation en vigueur ».

Le rapprochement clinique/hôpital est donc en voie de se terminer, pour l'instant au plus grand bénéfice du groupe Kapa. Mais le personnel et la population ont montré qu'il fallait compter avec eux et ils restent mobilisés pour contrôler dans quelles conditions les 70 000 personnes concernées par le nouveau « Pôle Santé » seront soignées !

Nièvre

Centre hospitalier de Nevers : menaces sur le SAMU

Brève
07/12/2011

L'ARS de Bourgogne (Agence régionale de Santé) envisage la fermeture du Centre d'appel du Samu (le 15) du Centre Hospitalier de Nevers. Il pourrait être transféré à Chalon-sur-Saône.

C'est dans la logique du plan Bachelot (Hôpital Patients Santé Territoires) qui veut regrouper les services dans quelques grands centres, quitte à créer des déserts médicaux.

Les dix permanenciers du Samu ne sont pas décidés à laisser supprimer leur emploi. Car si le Centre 15 ferme, que deviendront-ils ?

Une conférence de presse a eu lieu pour dénoncer la menace et une grande banderole sur le Samu fait appel au soutien de la population.

Nevers (Nièvre)

GDF-SUEZ licencie

Brève
27/11/2011

Vendredi 25 novembre, les 60 salariés d'Energia à Nevers ont fait grève et bloqué les portes de leur entreprise.

Energia est une filiale à 97% de GDF-Suez qui a décidé de supprimer 90 emplois sur tous ses sites en France dont 15 à Nevers. L'entreprise emploie 200 salariés dans les énergies renouvelables.

GDF-Suez a décidé d'un « plan de développement », et sa filiale Energia a été mise en redressement judiciaire. Les actionnaires de GDF-Suez veulent optimiser leurs profits en licenciant. Mais les travailleurs ne veulent pas en rester là. Ils se sont donné rendez-vous le 8 décembre, jour où le Comité d'entreprise doit discuter du plan social.

Nevers (Nièvre)

Les travailleurs de Philips ne veulent pas être bradés

Brève
15/11/2011

Les travailleurs de Philips à Nevers viennent de faire trois jours de grève. Ils ne veulent pas du repreneur, la Holding Bavaria.

Début septembre, Philips a décidé de vendre l'usine. La fabrication de luminaires industriels ne l'intéresse plus. Le repreneur, la Holding Bavaria, est un groupe financier, spécialiste des reprises, qui ne s'intéresse qu'au fric.

Et Philips n'assure du travail que la première année et ensuite de façon dégressive jusqu'en 2016. Ensuite, les travailleurs devraient trouver eux-mêmes des débouchés et de nouvelles productions !

En faisant trois jours de grève, les travailleurs ont montré qu'ils refusaient ce bradage !