Cosne-sur-Loire :

Fermeture de le Maternité

Brève
26/12/2017

L’ARS (Agence Régionale de Santé) de Bourgogne a décidé de fermer la maternité de la clinique du Nohain de Cosne-sur-Loire pour six mois.

Cette mesure décidée en urgence est effective dès le 26 décembre. Les mamans dont l’accouchement était programmé iront voir ailleurs !

L’ARS dit qu’il n’y a pas le personnel nécessaire pour assurer la qualité et la sécurité des soins. Mais comme pour les maternités de Clamecy et de Decize fermées depuis quelques années dans la Nièvre, au lieu de mettre tout en œuvre pour trouver le personnel et les moyens nécessaires, elle préfère procéder à une fermeture dite provisoire qui ne peut qu’annoncer une fermeture définitive !

Peu importe si les accouchements devront se faire à plusieurs dizaines de kilomètres, loin des familles et avec des risques sanitaires aggravés. On se demande là où est la sécurité !

GATES

Accident de travail pour cause d'économie

:

Brève
26/12/2017

Mardi 19 décembre, l’ entreprise GATES était jugé par le tribunal correctionnel de Nevers.

Le 17 novembre 2014, un travailleur s’est fait entraîner par deux cylindres d’une machine. C’est grâce à l’intervention d’un autre travailleur qui passait ( par hasard) dans le secteur que le pire a été évité.

Le risque était connu, puisqu’un accident ( moins grave) avait eu lieu auparavant. Jamais il n’aurait dû être seul à ce poste. Auparavant, sur ce poste il y avait trois travailleurs.

La direction a supprimé un poste, ( pour diminuer les coûts) et au moment de l’accident, ils étaient deux. Mais le deuxième était (loin) et occupé ailleurs. C'est bien cette politique criminelle de suppression d'effectifs qui a entraîné l'accident

Aujourd’hui ce travailleur a besoin d’une béquille pour se déplacer et est en incapacité partielle, parce que le travail doit aller vite, toujours plus vite !

NON À LA FERMETURE DU CENTRE 15

Hôpital Nevers : Non à la fermeture du centre 15

Brève
11/12/2017

Samedi 9 décembre, plusieurs centaines de personnes ont manifesté pour protester contre la fermeture envisagée du centre 15 du SAMU du Centre hospitalier de Nevers.
L’ARS ( l‘Agence Régionale de Santé) a décidé de regrouper tous les centres 15 de Bourgogne à Dijon. A Nevers, cela voudrait dire 10 postes de permanenciers supprimés, ils sont actuellement 9 dont 3 sous contrat.
Les permanenciers de Nevers assurent la réponse aux appels téléphoniques d’urgence. Sous le contrôle d’un médecin, ils orientent les patients vers la prise en charge qui lui est nécessaire. Il suit ensuite chaque patient jusqu’à son arrivée.
Cela nécessite une bonne connaissance du milieu médical : médecins libéraux, pompiers, ambulanciers, hôpitaux et les permanenciers de Nevers connaissent tous les intervenants du département et des départements limitrophes. Cela assure une rapidité plus grande de la prise en charge.
Surcharger le centre de Dijon n’est pas une bonne chose pour les patients.
Comme cela a été dit en début de manifestation, « la santé n’est pas une marchandise » avec laquelle on peut faire des économies !

Exploitation

« Burn out » du capitalisme

Brève
22/11/2017

Le groupe Ramsay Générale de Santé a ouvert à Louhans en Saône-et-Loire une clinique de psychiatrie générale pour les professionnels de santé en situation de « burn out » !

Que l’exploitation dans les hôpitaux généraux ou psychiatriques soit de plus en plus intense et que de plus en plus de travailleurs soient épuisés au travail, c’est une évidence !

Mais au lieu de vouloir éradiquer les causes de la maladie, certains vont faire du profit sur ses conséquences. C’est vraiment à l’image de la société capitaliste qui ne sait pas faire autre chose qu’exploiter le travail humain.

Et s’il y a encore quelques garde-fous, c’est parce que les travailleurs se sont battus pour les obtenir.

On voit d’ailleurs qu’il va falloir réagi et pour refuser que les conditions d’exploitation ne continuent de s’aggraver.

Le seul « burn out » qui vaille, c’est celui du capitalisme jusqu’à sa disparition !

Nevers

Non au travail du dimanche : Débrayage à Géant Casino

Brève
11/10/2017

Pour protester contre la volonté de la direction de les faire travailler le dimanche matin, plusieurs dizaines de salariés de Géant Casino – en grande majorité des femmes – ont débrayé pendant une heure mardi 10 en fin de matinée.

Défilant en cortège derrière une banderole et lançant un slogan : « En famille, le dimanche », elles ont remonté toute la galerie marchande pour sortir par la porte principale sur le parking.

Elles sont les seules encore, avec leurs collègues du Leclerc à Coulanges et Carrefour à Marzy, à ne pas encore être soumises au travail du dimanche. Déjà elles ont dû travailler certains jours fériés. Elles étaient heureuses de se retrouver si nombreuses et déterminées à montrer au patron ce qu’elles pensaient de sa proposition.

Un tract était distribué aux clients qui arrivaient. D’autres mouvements pourraient avoir lieu si la direction ne revient pas sur sa décision !